Les Balkans suspendus à la crise en Crimée

Plus que dans toute autre région du monde, les récents événements en Crimée ont eu un retentissement considérable dans la péninsule balkanique. A l’heure où le Kosovo se dote d’une armée nationale et où un nouveau gouvernement conservateur et pro-européen se forme en Serbie, quelles nouvelles perspectives la crise ukrainienne ouvre-t-elle pour le Kosovo?

 

Les limites du parallèle entre la Crimée et le Kosovo

 

Vladimir Poutine a été le premier à faire le parallèle. L’annexion en Crimée serait rendue possible par l’existence d’un précédent kosovar. L’argument est simple : si la Cour de Justice Internationale a reconnu que la déclaration d’indépendance par l’Assemblée du Kosovo ne violait pas le droit international; alors la décision ne saurait être différente pour l’annexion de la Crimée. Nombre de commentateurs en Europe et en Amérique du Nord, mettent en doute la validité de ce parallèle, avec des arguments mêlant ignorance et mauvaise foi. Un bref rappel des faits s’impose.

L’intervention de l’OTAN au Kosovo en 1999 figure parmi l’une des plus controversées de l’après guerre-froide. D’abord parce qu’elle ne dispose pas d’un mandat du Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Ensuite, parce qu’elle a fait l’objet d’une vaste opération de propagande de la part de la presse américaine comme européenne renonçant à toute objectivité dans la couverture du conflit. Enfin, la plupart des commentateurs s’accordent pour dire que l’intervention aérienne de l’OTAN a eu pour effet direct d’intensifier le conflit sur le terrain. L’issue de l’intervention de l’OTAN est désormais connue : la résolution 1244 du Conseil des Sécurité met en place la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo chargée d’administrer le territoire. La résolution réaffirme d’ailleurs la souveraineté et l’intégrité territoriale de ce qui est alors qualifiée de République fédérale de Yougoslavie. Sur le papier donc, les Nations-Unies doivent concilier velléités indépendantistes de la majorité albanaise du Kosovo et respect de l’intégrité territoriale de la Serbie, auquel est formellement rattaché le Kosovo. Sous la pression de la majorité albanaise, la mission des Nations-Unies va progressivement ouvrir la voie à l’indépendance du Kosovo. C’est donc sans surprise que le 17 février 2008, l’Assemblée du Kosovo vote en faveur de l’indépendance du pays, les 11 représentants de la minorité serbe boycottant le scrutin. A l’heure actuelle, le Kosovo est placé dans une situation kafkaïenne : les minorités serbes des enclaves et du Nord du territoire ne reconnaissent pas les institutions de Pristina; le Kosovo est reconnu par 106 des 193 États de l’ONU alors que le petit territoire se caractérise par une présence massive des institutions internationales. La mission de l’ONU sur place doit composer avec le mépris du gouvernement de Pristina et l’UE a fait du règlement de la question kosovare son principale cheval de bataille, usant et abusant de la carotte de l’intégration.

Les situations en Crimée et au Kosovo ne sauraient donc être comparés tant les circonstances historiques et politiques des deux crises différent, ce que tant la rhétorique pro-russe que pro-ukrainienne cherchent à faire oublier. Il n’en demeure pas moins que les événements en Crimée ravivent les craintes dans les Balkans, d’autant plus qu’ils s’opèrent dans un contexte où les relations entre le Kosovo albanais, les minorités kosovares serbes et la Serbie connaissent un nouveau tournant.

 

L’armée: dernière pièce de la souveraineté kosovare?

 

Le 4 Mars 214, dans la plus parfaite indifférence médiatique, le gouvernement du Kosovo a annoncé la création d’une armée nationale constituée de 5000 soldats et de 3000 réservistes. Le dossier, depuis longtemps a toujours été traité avec la plus forte réticence. Depuis 2009, un embryon d’armée existe au Kosovo, composée de 2500 soldats dotés d’un mandat de protection civile. Le maintien de la sécurité dans le territoire repose sur un système à trois niveaux : la police kosovare assurant le premier niveau de réponse se voit relayée par la mission de l’Union Européenne sur place, EULEX, si elle n’arrive pas à juguler la situation. Si les événements dégénèrent, c’est la KFOR, force de l’OTAN et de ses alliés, disposant d’une force de 5000 hommes sur place, qui intervient. Quand on connaît le niveau déjà faible d’acceptation de la police kosovare par les minorités serbes, on comprend que la création d’une armée kosovare composée en grande majorité de criminels de guerre de l’ex-armée de libération du Kosovo (UÇK) soit source de craintes pour les serbes kosovars. Et ce, dans un contexte où les kosovars albanais refusent de voir leur « héros de guerre » déférés devant les instances judiciaires internationales.

Le gouvernement russe nerveux face à la nouvelle donne politique serbe

Autres événement crucial pour la région : les élections législatives anticipées en Serbie du 16 mars – auxquels ont pris part les serbes du Kosovo – ont consacré la victoire écrasante et sans surprise du parti progressiste d’Alexander Vučić. Ancien ultra-nationaliste, ex-ministre de la communication de Slobodan Milošević rallié à un discours « conservateur et pro-européen », Aleksandar Vučić a bâti sa popularité sur sa volonté affichée de lutter contre la corruption et sur un programme économique ultra-libéral. Aucun homme politique serbe n’a jamais joui d’une telle confiance depuis Slobodan Milošević au début des années 1990. Il y a fort à parier que sous son mandat, la scission se prononce un peu plus entre les serbes de Serbie et ceux du Kosovo, qui vivent de plus en plus avec le sentiment d’être sacrifiés à la table des négociations avec l’Union Européenne. Bruxelles apprécie d’aIlleurs la flexibilité de Vučić sur ce dossier, ce dernier misant sur les divisions européennes pour se montrer convaincu que la Serbie ne sera jamais contrainte à la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo.

Pour son premier voyage en tant que premier ministre, Vučić s’est rendu en catimini à Moscou le 20 mars, visite trahissant une certaine nervosité de l’oncle russe quant au discours pro-européen de Vučić. La Serbie est depuis longtemps considérée comme un bastion stratégique par Moscou. Elle s’est d’ailleurs abstenue de tout commentaire sur la crise en Crimée. En outre, les perspectives d’adhésion de la Serbie à l’UE paraissent sinon lointaines du moins irréalistes alors que le soutien financier de la Russie est lui bien réel. Dans ce contexte, il ne serait pas surprenant que Moscou réaffirme avec vigueur son attachement à un Kosovo serbe puisque le programme économique de Vučić, en bon élève du Fonds Monétaire International, devrait le conduire à de sérieuses coupes budgétaires. Or maintenir les parties serbes du Kosovo sous perfusion coûte cher à la Serbie qui doit faire face à de nombreux défis sur le plan économique. La crise ukrainienne risque donc de contraindre la Serbie à choisir sur quel pied danser et, surtout, qui donne la mesure.

Valse organisationnelle au chevet de l’Ukraine

Depuis la réaction musclée de Moscou au changement de pouvoir en Ukraine, les scenarii d’intervention n’ont cessé de se multiplier. Qui de l’ONU, de l’UE ou de l’OTAN sera le premier à réagir? Et si l’Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe (OSCE), cette grande inconnue, s’imposait comme la grande gagnante de ce jeu de pronostic…

Quand l’OTAN fait dans la mesure…

Si l’OTAN a été une des premières à se faire entendre, elle l’a faite avec une mesure inhabituelle pour une organisation qui est maintes fois intervenue hors des dispositions prévues par le Traité de l’Atlantique Nord.

En effet, l’OTAN en tant qu’alliance militaire est compétente pour intervenir en cas d’agression d’un de ses membres. Ce sont les fameuses dispositions de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord qui disposent que « les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles […] sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties ». Cet article n’a été invoqué qu’une seule fois, au lendemain des attaques terroristes du 11 Septembre. Son activation donne lieu à une réponse collective des membres de l’alliance au bénéfice du membre attaqué. L’article 4 quant à lui, prévoit des modalités de consultation « chaque fois que, de l’avis de l’une d’elles, l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’une des parties sera menacée ».

Continuer la lecture de Valse organisationnelle au chevet de l’Ukraine

Les Jeux Politiques de Sochi

La présence de Ban Ki Moon à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques à Sochi a eu de quoi suprendre. Alors que plusieurs chefs d’Etats ont décliné l’invitation pour marquer leur désapprobation à l’égard de la politique discriminatoire menée par Moscou à l’égard des personnes homosexuelles, pourquoi le Secrétaire Général de l’ONU fait-il le déplacement ? L’organisation globale cède-t-elle une fois de plus sous le poids de la géopolitique ? Certains commentateurs ne manquent pas de rappeler l’attrait de Ban Ki Moon pour les Jeux. A Londres déjà, le secrétaire général de l’ONU s’était déjà prêté au jeu du port de la torche olympique et avait assisté à la cérémonie d’ouverture. Il demeure que son intervention lors des Jeux de 2014 est une première, d’autant plus frappante que l’image du CIO est quelque peu ternie par un fonctionnement, une histoire et des prises de positions peu en accord avec les valeurs onusiennes. Et c’est qui explique sans doute le funambulisme rhétorique du secrétaire général.

Continuer la lecture de Les Jeux Politiques de Sochi

Peur sur la ville : les médias, le terrorisme et le djihad global

Du 21 au 24 septembre, alors qu’un centre commercial luxueux de Nairobi est l’objet d’une prise d’otage, les grands médias français1choisissent, une fois de plus de donner dans le sensationnel. Entre appel à la peur, images voyeuses, et analyses tantôt tâtonnantes, tantôt farfelues, la Corne de l’Afrique est pour, quelques jours seulement, de retour sur le devant de la scène médiatique.

21 septembre,premier acte, Laurent Delahousse nous prévient : « certaines images sont difficiles ». Claire Chazal préfère parler d’emblée d’une « tuerie ». L’attaque dure depuis quelques heures et le bilan est déjà « très lourd ». Des images de personnes affolées se succèdent courant « pour sauver leur vie », « les blessés se comptent par dizaines », on trouve « plusieurs cadavres par terre ». Qu’importe si l’on ignore tout du « commando armé », de « leur nationalité, leur motivation », le correspondant de TF1 lui est formel : c’est « une méthode, une méthode à la Al Shebab, avec des armes… et une méthode qui… qui est celle de, de ces gens-là ».

22 septembre, deuxième acte, plus dramatique encore :France 2 titre sur le « carnage de Nairobi », un véritable « bain de sang » aux images, encore une fois, « très difficiles ». Les journaux télévisés passent en boucle les images de personnes « abattues », victimes d’un commando qui « sème la panique et la mort ».Puis l’antenne est laissée aux témoins. On y parle de « scènes d’horreur », d’ « exécutions sommaires », comme cet homme qui affirme avoir vu « des dizaines, je dis bien des dizaines de corps déchiquetés un peu partout ».

L’attaque est d’autant plus abominable qu’elle est, de l’avis de plusieurs témoins, « très surprenante ». Peu importe que, depuis plusieurs mois, les centres commerciaux kényans soient considérés comme une cible prioritaire pour des attaques terroristes par les chancelleries du monde entier.

23 septembre, troisième acte : entrée en scène de la presse écrite, un brin plus lente, qui titre : « Horreur à Nairobi » (Libération), « Massacre islamiste au Kenya » (Le Monde) ou « l’interminable assaut contre les islamistes somaliens » (Le Figaro). Les télévisions qui couvrent l’information depuis déjà deux jours s’efforcent de ne pas lasser l’audience à une heure de grande écoute, d’autant plus que de l’avis du correspondant de TF1 « c’est très compliqué d’avoir des informations sur ce qu’il se passe ». Alors comme on fait avec les viandes passées, on pimente à outrance. Qu’à cela ne tienne, on ressort les images des jours derniers et on les agrémente de commentaires évocateurs. Ainsi la police doit enjamber «  des cadavres criblés de balles », France 2 parle de « scènes de guerre », de personnes « exécutées froidement » et d’assaillants qui n’hésitent pas àcribler de balles la porte des toilettes ».

24 septembre, dernier acte : c’est le « dénouement », un soulagement pour « toute une population horrifiée par ces images de terreur ».Un coupable est démasquée : « une femme occidentale qu’on appelle la veuve blanche »… « Elle a les yeux verts de son Irlande du Nord natale » mais s’est engagée dans « une croisade djihadiste ». Pour mieux retracer son histoire, une animation la fait passer en moins de dix secondes du jean-baskets au niqab noir. Pour faire durer le plaisir, le 25 septembre, France 2 en guise d’épilogue, peindra le portrait des héros dans le carnage, risquant leur vie pour sauver celles des autres.

Quand il s’agit de terrorisme, les médias français sont passés maîtres dans l’art du carpaccio. De même que, sur un menu, une tomate tranchée devient un carpaccio de tomates, les médias rehaussent à coups de techniques de scénarisation hollywoodienne, une information médiocre. Et c’est réussi. Le public, lui, n’a sans doute pas saisi les tenants et les aboutissants de la prise d’otage de Nairobi, et n’a eu droit à aucune analyse critique. Mais il a tremblé trois jours durant.

Car c’est bien là que le bât blesse : les informations sont floues, partielles. Qu’elles le reconnaissent ou non, les rédactions des médias français sont bien en peine d’expliquer en cinq minutes ou 600 mots les ressorts d’une crise somalienne qui n’intéresse plus vraiment personne.

Alors quitte à risquer l’amalgame, on pare l’analyse des oripeaux et du vernis de la science politique. Ainsi le concept « d’arc terroriste » ou « d’arc de crise djihadiste » est consacré en quelques jours. Michel Scott, sur TF1, en propose la description suivante, carte à l’appui : « D’ailleurs quand vous voyez l’arc terroriste, ce qu’on appelle l’arc terroriste qui traverse le continent et qui va de l’Atlantique jusqu’au Yémen eh bien le Kenya représente la zone limitrophe qui comporte le plus d’intérêts occidentaux aussi proche de cette zone de non-droit ». France 2 reprendra le même concept, se posant même la question de l’existence d’une « Internationale terroriste » alors que Libération titrera sur « l’arc de crise jihadiste », détaillant : « les terroristes sont actifs de Nouakchott jusqu’à Mogadiscio ».

La clef d’explication du drame est toute trouvée, elle parait logique. Il faut dire que le concept est séduisant, car arc djihadiste est une notion « puits » : elle semble parlante, tout en donnant à l’argumentaire un air calé et profond… mais elle est creuse. Le concept ne repose sur aucune étude scientifique (qui est-ce « on » qui l’a forgé ?), seulement sur des amalgames douteux. En effet si, les groupes actifs le long de cet arc ont des modes opératoires similaires et revendiquent tous leur allégeance à Al Qaeda, les agendas politiques d’AQMI, du Mujao, de Boko Haram et des Shebab, censés formés cet « arc djihadiste » sont radicalement différents et se comprennent avant tout dans leur dimension locale. Bien que les médias ne retiennent que la dimension internationaliste liée à Al Qaeda, la plus importante partie du mouvement Shebab est ancrée dans un agenda intérieur lié au nationalisme somalien. Comme l’explique Roland Marchal, la mouvance salafiste d’Al-I’tissam a fusionné en 2004 avec celle issue du recrutement de jeunes instruits par les tribunaux islamiques. Cette entité , d’abord groupusculaire, a été considérablement renforcé par la politique anti-terroriste des Etats-Unis et des Européens. De plus, la dimension internationale du recrutement des Shebab est liée avant tout à la présence forte de la diaspora somalienne dans le mouvement.

Dès lors, mettre sur un même niveau l’attentat sur l’ambassade étasunienne à Nairobi (1998), les attentats de Bombay (2008), et la prise d’otage sur le complexe gazier d’In Amenas (2013) n’a aucune valeur explicative, sauf à persuader le public qu’il est face à un choc de civilisations, au devant d’une menace djihadiste globale susceptible de frapper partout même sur le lieux de ses vacances…. Un expatrié français, interviewé sur TF1, fait même le parallèle entre cet événement et la fusillade de la rue des Rosiers à Paris en 1982 lors de laquelle un restaurant juif fut pris pour cible. Logique une fois encore, puisque les médias vont rapidement annoncer la présence d’un commando spécial israélien agissant aux côtés de l’armée kényane.

L’avantage de tels amalgames est qu’ils évitent de s’interroger sur les ressorts du conflit somalien et sur l’implication du Kenya, et plus largement de l’ONU et de l’Union Européenne dans le conflit. Les revendications des Shebab, ces « islamistes somaliens qui portent la guerre sainte au Kenya » seraient de l’ordre de la vengeance contre un pouvoir kenyan soutenant militairement un gouvernement somalien tentant de rétablir un semblant de stabilité. D’ailleurs, la Somalie est caractérisée par le « chaos », et les images de TF1 montrent « des bâtiments criblés de balles », l’ « épave d’un avion en plein centre ville, une capitale ravagée par vingt ans de guerre ».

Or depuis juin 2013 et la création de la nouvelle mission intégrée des Nations-Unies, l’UNSOM, visant à soutenir les institutions du gouvernement somalien, des voix n’ont cessé d’alerter les Nations-Unies et l’Union Européenne sur les dangers de son optimisme béat2. La prise d’otages de Nairobi semble démontrer que les Shebab, bien que rejetés par la majorité de la population ne sont pas si moribonds qu’espéré. L’action des Nations Unies et de l’Union Européenne, pilotée à distance depuis Nairobi, est mal perçue par les populations locales qui peinent à percevoir les bénéfices de vingt années d’assistance. Le nouveau gouvernement est quant à lui exclusivement identifié à Mogadiscio, dans un pays où le Somaliland et le Puntland au Nord, jouissent d’une autonomie considérable, imités par le Djubaland au Sud. Dès lors l’agenda des Nations Unies et de l’UE uniquement centré sur le Sud et le centre de la Somalie et sur les zones « libérées » des Shebab risque d’accroître les tensions inter-claniques, principal facteur d’explication du conflit somalien. L’implication de la diaspora somalienne dans le conflit joue un rôle majeur bien qu’occulté par les médias internationaux, et ce d’autant plus que la banque Barclays vient d’annoncer la clôture prochaine de ses comptes de transferts de fonds depuis le Royaume-Uni vers la Somalie. Enfin, imposer une analyse du conflit en termes de « djihad international » accroît les risques de représailles sur les populations musulmanes d’Afrique de l’Est, et sur les réfugiés somaliens présents en grand nombre au Kenya et qui paient déjà un lourd tribut à ce conflit3.

1L’analyse du traitement médiatique de la crise mobilise les journaux et médias télévisés à la plus forte audience : les journaux télévisés de 20 heures de France 2 et de TF1 et les manchettes du Monde, de Libération et du Figaro. Si l’intégralité des Journaux Télés a été analysée, l’analyse des journaux s’est limitée aux manchettes qui participent à créer un certain nombre d’effets autour d’une information.

2 Ainsi, très peu de médias ont relayé la décision de l’ONG Médecins Sans Frontières de fermer la totalité de ses programmes en Somalie, faute de disposer de conditions satisfaisantes pour l’exercice de son mandat.

3 Human Rights Watch, Kenya : des réfugiés victimes d’exaction de la part de la police à Nairobi, 29 mai 2013, http://www.hrw.org/fr/news/2013/05/29/kenya-des-refugies-victimes-d-exactions-de-la-part-de-la-police-nairobi

La présence internationale au Kosovo

Il y a peu d’endroits en Europe qui peuvent rivaliser avec le Kosovo en termes de présence internationale. Pristina fait office d’annuaire géant des organisations internationales. A chaque coin de rue, surgit un bâtiment officiel arborant les couleurs des Nations-Unies, de l’Union Européenne ou d’ONG diverses.
Cette présence s’explique par l’engagement unique de la communauté internationale au Kosovo après le conflit.

L’intervention internationale au Kosovo repose sur une résolution devenue fameuse ici, la résolution 1244 adoptée par le Conseil de Sécurité adoptée le 10 Juin 1999. Ici on ne parle plus que de la 1244 (« twelvefortyfour » en un mot, à l’anglo-saxonne). Je n’entrerai pas ici dans les détails de l’histoire de cette résolution mais j’évoquerai plutôt son contenu et surtout ces implications pour la présence internationale au Kosovo.
La résolution 1244 est une des raisons principales qui m’a fait choisir le Kosovo comme cas d’étude.

Par cette résolution et pour la première fois dans son histoire, le Conseil de Sécurité donne aux Nations-Unies la responsabilité d’administrer de façon intérimaire un territoire (ce sera également le cas plus tard au Timor Leste). La liste des tâches à accomplir est impressionnante, il s’agit, sous la supervision d’un Représentant Spécial du Secrétaire Général, de préparer littéralement le Kosovo à son indépendance, même si la résolution réaffirme l’intégrité territoriale de la République Fédérale de Yougoslavie (la Serbie aujourd’hui).

L’ONU doit dès lors mettre en œuvre toutes les missions d’administration civile aussi longtemps que nécessaire, accompagner et superviser le développement d’institutions locales, transférer ces compétences aux autorités locales quand elles seront prêtes tout en continuant à superviser leurs actions, faciliter la négociation d’accords sur le statut final du Kosovo, œuvrer à la reconstruction économique et des infrastructures, accompagner la distribution de l’aide humanitaire, garantir le respect des droits de l’Homme, favoriser le développement de l’Etat de Droit, et garantir le retour des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur du pays.

A cette présence civile, est assortie la présence d’une force de sécurité, assurée par la KFOR mais aussi d’autres pays contributeurs (tels que, par exemple, le Maroc) et chargée de garantir un niveau de sécurité et de stabilité nécessaire pour permettre à la communauté internationale de mettre en œuvre son mandat.

La coordination de la présence internationale est confiée à un Représentant Spécial du Secrétaire Général (RSSG, plus connu sous l’acronyme anglais SRSG) qui se doit de fournir des rapports réguliers sur l’avancement de la mission au Secrétaire Général. Dans son premier rapport, le SRSG propose des modalités d’organisation de la mission, qui sera appelée Mission Intérimaire d’administration des Nations Unies au Kosovo (MINUK). Même sans en porter formellement le nom, il s’agira de la première mission intégrée des Nations-Unies et celle-ci marquera durablement l’histoire du Kosovo et de l’organisation elle-même.

Le SRSG envisage une structure en piliers, le but étant de garantir un maximum de cohérence entre le travail des différentes organisations. Sur le papier, bien sûr, tout paraît parfaitement fonctionnel. La réalité est bien plus hasardeuse, j’y reviendrai. Quatre piliers sont mis en place avec à leur tête une organisation en charge d’assurer la coordination des missions relevant de son pilier. Le premier pilier concerne l’administration civile intérimaire menée et coordonnée par les Nations-Unies. Concrètement cela a conduit à ce que des personnels des Nations Unies soient maires de certaines municipalités aux côtés de personnalités des communautés serbes et albanaises. Ce pilier est souvent apparu comme le plus simple à gérer au moins début car « Les UN parlent au UN ». Un second pilier est coordonné par le UNHCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) et veille à la coordination des efforts humanitaires. De l’avis des personnes que j’ai rencontrées, il s’agissait sans doute de la mission la plus difficile, étant donné le nombre massif d’ONG présents et le caractère complètement désorganisé de leurs actions sur le territoire à la sortie de la guerre et dès lors la moins effective. Le Bureau des Nations Unies pour la Coordination de l’Aide Humanitaire (OCHA) créé en 1991, est resté peu de temps au Kosovo mais le mandat de coordinateur a été confié au UNHCR, ce qui, pour beaucoup d’acteurs ici, reste un mystère. Le pilier trois, construction des institutions est confié à l’Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE). Aujourd’hui et malgré une politique de réduction de la mission, l’OSCE est l’organisation disposant de la plus forte présence sur le terrain avec des bureaux décentralisés dans plusieurs municipalités. Selon de récents sondages c’est aussi l’organisation préférée des kosovars aux côtés de KFOR. Enfin le pilier quatre, développement économique et reconstruction est confié à l’Union Européenne. Chacun des dirigeants de ces piliers reçoit le titre d’adjoint du SRSG.

Dès le début KFOR est en dehors de la structure en pilier, en raison de sa mission spécifique mais sans doute aussi d’une volonté de ne pas mélanger activités civiles et activités militaires, un des enjeux fort de la coopération inter-organisationnelle.
Les organisations présidant les quatre piliers ainsi que KFOR se rencontrent chaque lundi pour coordonner leur action sous la présidence du SRSG. On parle d’Excom Meetings. Cette belle structure ne laisse que peu de place à un acteur majeur du futur du Kosovo, le peuple kosovar lui-même dans sa diversité.

Pourtant c’est ce même peuple qui va se rappeler à la MINUK en 2008, déclarant son indépendance le 17 Février et par là-même, faisant voler en éclat la structure de la mission.

Peć/Peja, ville martyr

 

La ville de Peć/Peja dans la Nord Ouest du Kosovo est la seconde plus grande ville du Kosovo en termes de population (après Pristina). C’est aussi une ville martyr où partout transpire un passé qui a du mal à passer.

Ce fut une dernière ville évacuée par l’armée serbe en 199. Avant leur départ, les soldats et policier serbes ont incendié la vieille mosquée du centre ville et la Bazar. Pourtant peu d’Albanais résidaient encore dans cette ville d’où ils avaient été chassés. La grande majorité d’entre eux ont rejoint le Monténégro voisin en franchissant plus de 30kms de routes de haute montagne (certains sommets de la frontière Kosovo-monténégrine sont supérieurs à 2500 mètres).
La politique d’expulsion massive des Albanais de Peć/Peja s’explique par sa proximité avec les zones contrôlées par l’UCK et sans doute également hautement symbolique par la présence du Patriarcat de l’Eglise orthodoxe Serbe voisin de la cité*. La ville est hautement stratégique, il s’agit du point d’entrée dans la vallée très fertile de Rugova formant la plaine de Metohija (rebaptisée Dukagjin par les Albanais). Dès lors pendant la guerre de 1998, les serbes ont occupé la ville et coupé tous les points d’accès entre cette dernière et Pristina.

Les montagnes de la vallée de Rugova

D’après le dernier recensement de 1991, la ville comptait environ 14 775 Serbes et Monténégrins pour une population de 12700 habitants. Après les guerres balkaniques de 1912-1913 la ville fut brièvement rattachée au Monténégro.
En 1981, la population serbo-monténégrine de Peć/Peja connait un premier traumatisme. Le matin du 16 Mars, le feu prend dans la patriarchie, véritable Vatican pour les orthodoxes. 30 religieuses, 3 moines et quelques hôtes périrent dans les flammes. Le feu a pris dans trois endroits différents des mansardes. Les autorités communistes albanaises ont alors parlé d’un banal accident alors que la communauté serbe fut convaincue d’avoir subi une attaque terroriste. On est encore une fois en présence d’un double récit mais le traumatisme est à la hauteur de l’attachement des serbes au patriarcat. En 1998, de véritables milices se relayaient pour protéger le bâtiment.

 


La patriarchie de Peć/Peja protégé par son haut mur (les photos sont interdites à l’intérieur)


Le retrait des forces serbes a laissé la population serbo-monténégrine dans le désarroi le plus total. Nombreux sont ceux qui se sont exilés au Monténégro. De nombreux serbes restèrent la ville qui sombra dans le chaos absolu. Certes les civils albanais n’étaient pas encore revenus, mais le commandement italien de la KFOR non plus. Restaient donc seuls les militants de l’UCK qui pratiquèrent sous les yeux des sœurs présentes non loin de la ville pillages et exécutions sommaires.
Dans son ouvrage Jean-Arnault Dérens raconte les tentatives de résistance des serbes, souvent âgés alors que Belgrade donnait des ordres d’évacuation. Ils firent le choix de se regrouper un monastère mettant en péril la patriarchie et leur propre vie. Dérens s’est retrouvé à négocier pour qu’un blindé italien se positionne devant le patriarcat, mais les soldats n’avaient pas d’interprète serbe et ne parvenaient pas à comprendre l’importance de ce monument pour les communautés orthodoxes. Aujourd’hui le monument accessible au public est en permanence gardé par les troupes de la KFOR.

 
Le check-point de la KFOR à l’entrée du monastère


Beaucoup de Serbes et d’Albanais regrettent le bon vieux temps des relations entre voisins, essentielles dans les Balkans. On emploi à ce propos le terme de komsiluk turc. Mais il difficle dede savoir si ce temps-là a existé. Les histoires sont parallèles : « Les Serbes nous haïssent et veulent nous exterminer », « Les Albanais sont méprisants et cherchent à nous chasser ». Mais comment démêler qui chasse qui ? Les relations albano-serbes ne sont qu’un enchaînement d’actes maveillants appelant revanche. Et aujourd’hui la méfiance et l’hostilité prévalent, sans doute pour longtemps.

Quand on vient à Peć/Peja aujourd’hui, il est frappant de constater l’absence des Serbes. Les rues ont toutes été rebaptisées, les bâtiments repris et reconstruits comme une revanche sur le passé.

L’Hotel Dukagjin avec sa vue panoramique sur les montagnes autrefois construit par les Serbes, aujourd’hui lieu tendance de rencontres entre Albanais.

On se croit en Turquie dans cette ville accueillante et bouillonante et il est facile d’imanginer la vie du Bazar d’autrefois même si les bâtiments noircis témoignent des ravages de l’armée serbe et désormais la marchandise turque et chinoise remplace l’artisanat albanais. Cette ville compte sans doute, à côte du monastère, les plus belles mosquées du Kosovo. C’est aussi ici qu’a été ouverte la première école albanaise.

La mosquée Bajrakli au centre du bazar reconstruite après l’incendie de 1999 avec l’appui de l’ONG SOS.

 

La première école en langue albanaise

Les forces italiennes de la KFOR ont contribué à italianiser la cuisine. Les maisons ancestrales de l‘Empire Ottoman sont préservées et témoigne de l’influence de l’occupation turque dans cette région.

Et toujours ce paradoxe : une population accueillante, riche d’une histoire faite de mélanges, de rencontres et d’influence diverses, résolument ouverte sur l’extérieur mais qui se refuse à toutes relations avec ses voisins serbes…

*Pour retrouver des informations sur l’histoire de Peć/Peja et le témoignage de Jean-Arnault Dérens, se reporter au Piège du Kosovo, Non Lieu, 2006.

Le Kosovo et l’Islam

Les kosovars albanais sont dans leur immense majorité musulmans. On trouve de très anciennes et de magnifiques mosquées au Kosovo, datant de l’Empire Ottoman. Mais l’Islam de cette partie des Balkans est un Islam qui plaît aux occidentaux et tord le coup aux stéréotypes et préjugés véhiculés sur cette religion.

 
L’islamisation des populations du Kosovo a été un phénomène assez tardif comparée à ce qui a pu se produire en Bosnie-Herzégovine*. L’Islam s’est d’abord ancré dans les villes et a eu du mal à s’implanter dans les zones rurales. Dans les régions montagneuses notamment, les catholiques sont toujours majoritaires.

 
Le mouvement d’expansion de l’Islam débute avec de grandes villes, souvent lieux du pouvoir ottoman et lieu d’ouverture sur le monde extérieur (Prizren, Peč/Peja,…) mais l’identité est encore floue car très mixte. Les populations de ces régions se sentent souvent plus turques qu’albanaises. L’Empire ottoman était en outre très tolérant envers les autres religions et les minorités jouissaient de la protection impériale.

 
C’est un ordre de derviches qui mena la campagne missionnaire de conversion du Kosovo. Ces ordres se situent plus dans la tradition d’un Islam chi’ite mais pratiquant la « retenue », ils n’exprimaient pas leur appartenance religieuse en public. Les premiers « couvents » derviches se développent seulement au XIXème. Ils se sont surtout implantés dans les zones de forts conflits soit liés à la vendetta (une institution chez les Albanais), soit à la propriété car les cheikhs derviches faisaient souvent office de médiateurs.
Pendant la période socialiste, les derviches furent considérés avec une grande suspicion. La presse serbe mena notamment des campagnes de dénigrement peignant les derviches comme instigateurs de rituels barbares –les prières sont souvent impressionnantes et débouchent sur des phénomènes de transe – et les présentant comme des intégristes. Pourtant, les derviches sont naturellement hostiles à toutes les formes de fondamentalisme dans la mesure où leur foi a été souvent qualifiée d’hérétique et combattue par les courant salafiste et wahhabite.

 
Au sein des Balkans les relations entre l’Islam du monde albanais, populaire et syncrétique s’est souvent opposé à l’Islam des oulémas, des doctes et des savants de la Bosnie-Herzégovine. Les derviches défendent souvent une tradition nationale et authentique par opposition à l’Islam officiel perçu comme compromis par le pouvoir.
Ces particularités peuvent expliquer qu’au Kosovo prévale un Islam discret. On est parfois surpris d’entendre l’appel à la prière tant on ne semble pas se trouver dans une terre d’Islam conforme à notre imaginaire. Les kosovar-e-s albanais-es mettent souvent plus en avant leur appartenance nationale que religieuse. Aucune femme ne porte le voile, à part quelques dames âgées. La raki sorte de vodka doté d’un fort goût d’alcool à 90° est omniprésente dans les restaurants. Et sur le plan des mœurs, les kosovar-e-s en viennent souvent à vous parler de leur vie intime, de leur mari/femme mais aussi de leur-e amant-e. La chose la plus surprenante est sans doute la banalisation de l’adultère. Les kosovar-e-s n’ont aucun problème à aborder le sujet. Chaque hôtel propose deux options : une chambre pour la nuit, ou pour « se reposer » (3 heures). Là où je vis toutes les chambres du rez-de-chaussée sont destinées au « repos ».

 

 

Une illustration de la passion des kosovares pour la mode

Toutefois ces dernières années, l’influence des Etats du Golfe, mais aussi de l’Iran se fait de plus en plus forte au Kosovo. L’entrée se fait souvent via des associations caritatives, certaines expulsées par les Etats-Unis car soupçonnées de promouvoir le djihad. On croise, certes rarement, des femmes vêtues du voile intégral et des barbus. Ce phénomène fait rire les kosovar-e-s autant qu’il inquiète les internationaux. La présence de ces personnes fait l’objet de boutades : « tiens donc, peut –être que les chameaux seront plus à l’heure que les bus ». Ou « le jour où t’arrivera à visser un voile sur la tête d’une albanaise, je me coupe les deux mains ». Il n’en demeure pas moins que de plus en plus de jeunes kosovar-e-s mettent en avant leur pratique religieuse ce qui était impensable auparavant. La présence internationale accueillie comme salvatrice, passe de plus en plus pour une puissance occupante. Le sous-développement est patent, le gouvernement corrompu. Les perspectives d’avenir pour les jeunes kosovar-e-s sont minces. Tous les ingrédients semblent là pour l’installation durable de groupes radicaux.

 

*Pour plus d’informations sur cette question se reporter a Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Non Lieu, 2006 dont cette analyse est tirée.

Is it your first time in Kosovo?

Le premier contact avec un autochtone (qu’il s’agisse du chauffeur de taxi, d’une personne croisée dans la rue ou d’un serveur) se déroule presque toujours de la même façon. Cela commence par une longue phrase en albanais à laquelle vous tentez de répondre en mobilisant l’intégralité de votre guide de conversation Assimil’ pour montrer qu’on vous ne l’a fait pas à vous.  Le résultat est en général un magma informe constitué de « Bonjour. J’ai faim et j’ai soif s’il vous plaît. Je ne suis pas d’accord. Merci beaucoup. Au revoir ». Votre interlocuteur accuse le coup et se rend en général rapidement compte qu’il faudra plutôt compter sur l’anglais pour tenir une conversation sensée.

Tout débute par la même question fatidique : « Is it your first time in Kosovo ? ». On trouve aussi des déclinaisons : « Have you ever been to Kosovo before ? » « Have you ever lived in Prisitina ? ». Bien évidemment c’est non. Votre interlocuteur va donc consacrer les trente minutes qui vont suivre à vous raconter l’histoire du Kosovo. L’important c’est de vous tenir au courant de tout, avant qu’un Serbe ou qu’un Albanais vous lave le cerveau ».

Si c’est un kosovar albanais vous aurez le droit à « Let me tell you that we have a long history of suffering », qui marquera le début  d’un exposé sur les origines illyriennes du peuple albanais, les souffrances endurées à cause des Serbes mais aussi la grande gloire de ce peuple a qui on a toujours refusé l’unification sous le projet de « Grande Albanie ».

Si vous rencontrez un Serbe (et là c’est plus rare, il faut soit être dans les zones majoritairement serbes, soit avoir rencontré l’un des rares Serbes vivant encore à Pristina), il y a de fortes chances qu’il commence par vous demander d’où vous venez. Globalement, si vous venez d’un Etat qui a participé à l’opération de l’OTAN et reconnu l’indépendance du Kosovo, la discussion commencera par des reproches. Si de nombreux serbes aurait accepté que l’OTAN les aide à se débarrasser de Milošević, les crimes de guerre et l’impact des bombardements de l’OTAN sur les civils serbes ne passent pas.  Puis votre interlocuteur lui aussi se lancera dans un exposé sur le droit légitime et sacré des Serbes sur le territoire kosovar.

On comprend vite qu’ici on est soit pro-serbe, soit pro-albanais. Il n’y a pas de neutralité possible, pas de juste milieu. Il faut donc s’adapter à son interlocuteur. Pour ma part j’ai opté pour une attitude un peu naïve consistant à poser des questions mais à ne jamais soutenir l’un ou l’autre des revendications politiques exprimées. La communauté internationale a trop pêché par sa partialité au Kosovo…

La guerre de 1998

Le 1er Mars 1998, les dépêches de presse parlent de violents combats au Kosovo. C’est la panique : assiste-t-on à une nouvelle guerre yougoslave *? Les deux villages victimes assez peuplés font partie du plateau de la Drenica, bastion du nationalisme albanais. Les combats et les massacres de Qirez et de Llikoshanë coïncident avec la tragédie de Prekaz. La police y traque depuis des mois Adem Jashari qui a pris les armes depuis longtemps contre le pouvoir serbe. En Janvier 1998 la police lance l’offensive contre le clan Jashari qui repousse l’offensive en l’absence d’Adem. Le 5 Mars une seconde offensive est lancée avec de lourds bombardements. Les combats durent trois jours et toute la famille Jashari périt dont 18 femmes et 10 enfants de moins de 16 ans. Le Kosovo sombre dans la violence et l’UCK prend Jashari comme martyr.

 
Les journalistes affluent au Kosovo et les chancelleries se saisissent de la question kosovare. L’UCK accroit son contrôle sur les villages albanais qui se déclarent libérés. Les combattants sortent de l’ombre. Civils serbes et collabo albanais sont poursuivis et tués. La police serbe conserve le contrôle des routes. L’UCK et la LDK se déchirent.

 
Dès les premiers combats les intellectuels français dénoncent le nettoyage ethnique en cours au Kosovo où une autre guerre est depuis longtemps « attendue ». Il est vrai beaucoup d’Albanais ont quitté les lieux des combats pour se réfugier dans d’autres villes du Kosovo ou en Albanie et au Monténégro. Le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies parle de 20 000 personnes. Toutefois un débat demeure sur la qualification de ces faits. L’armée serbe a-t-elle mené la même politique qu’en Bosnie ? Quelle est la véritable stratégie des forces serbes ? Les faits tentent toutefois à cantonner la stratégie serbe dans une stratégie « classique » de contre-insurrection. Les villages où l’UCK a pris position sont vidés pour priver l’UCK de soutien, les autres semblent épargnés.

 
Toutefois l’offensive pour reconquérir la Drenica provoque l’escalade du conflit. Les forces de l’UCK sont défaites et de nombreux crimes de guerres sont commis par l’armée serbe contre les civils. Les journalistes ne manquent pas de couvrir ses atrocités avec ferveur, oubliant parfois d’analyser le conflit dans sa complexité. La plupart ne parle ni serbe, ni albanais ; ils dépendent donc des informations données par les contacts sur place, qui, serbes ou albanais, n’hésitent pas à faire de la propagande.

 
En novembre on recense 180 000 déplacés dans le Kosovo vivant dans des conditions précaires. Alors que l’opinion publique est de plus en plus sensible au sort des populations kosovares, le Conseil de Sécurité se saisit de la question. Il adopte la résolution 1199, qui, à cause du véto russe, ne mentionne pas l’usage de la force mais fait référence au chapitre 7 de la Charte des Nations Unies, et prévoit l’usage de la force pour prévenir un désastre humanitaire. Richard Holbrooke, émissaire américain artisan de Dayton se rend à Belgrade pour entamer des pourparlers. Dans le même temps l’OTAN fait savoir qu’un plan d’intervention est prêt.

 
Le 13 Octobre un accord est conclu prévoyant un cessez-le-feu ; la réduction des forces serbes de 12 500 soldats à 6500 policiers spéciaux, un droit inconditionnel au retour pour les réfugiés et les déplacés et surtout le déploiement de 2000 vérificateurs du cessez-le-feu par l’OSCE (La Kosovo Verification Mission).

 
L’accord est d’abord respecté : les forces serbes se retirent mais l’UCK en profite pour reprendre ses positions. En décembre des affrontements éclatent. Il semble que les Etats-Unis via la présence de vérificateurs dans la VKM préparent l’intervention de l’OTAN et précipitent l’engrenage. Des dissensions apparaissent : le numéro 2 de la KVM, diplomate français souhaite maintenir le cap du dialogue. En outre, les Etats-Unis arment et financent massivement l’UCK.

 
L’hiver 1998-1999 voit l’utilisation massive du terrorisme urbain envers des cibles civiles serbes et albanaises. On ignore à qui attribuer ces attentats. L’affaire de Račak précipite l’intervention de la communauté internationale. L’UCK y tue trois policiers le 16 Janvier 1999 dans une embuscade puis 2 quelques jours plus tard. Des émeutes opposent Albanais et police serbe. La police serbe réagit de façon démesurée : elle tue tous les défenseurs de Račak (51 personnes) dont les corps ont été déplacés par l’UCK pour renforcer le caractère macabre de la tuerie.

 
Le groupe de contact (USA, Russie, Royaume-Uni, France, Italie) se réunit et fixe le cadre des négociations qui débutent le 6 Février à Rambouillet. Elles sont menées par les ministres britanniques et français des affaires étrangères, Robert Cook et Hubert Védrine. Deux documents sont posés sur la table : une liste de principes non-négociables fixée par le groupe de contact et un « Accord intérimaire pour la paix et l’autonomie du Kosovo » sujet à négociation. La pression est forte : si l’échec des discussions est du aux Albanais, ceux-ci perdront tout soutien international, si elle est le fait des Serbes, l’OTAN engagera une action contre la Serbie.

 

Il semble que la stratégie ait été claire dès le début. Si les avancées sont indiscutables, l’issue des négociations est jouée d’avance. L’annexe B des accords prévoit le déploiement d’une force de l’OTAN au Kosovo avec une liberté totale de mouvement sur tout le territoire serbe. C’est inacceptable par Belgrade, le but du jeu étant de renvoyer l’échec des discussions sur les serbes. Les négociateurs serbes refusent. Le compte à rebours vers la première guerre humanitaire de l’OTAN est déclenché.

 

*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006

Les accords de paix de Dayton et la naissance de l’UCK

Les accords de paix de Dayton en 1995 marque un basculement pour le Kosovo*. Le Kosovo perçu comme une affaire interne à la Serbie n’y est pas évoqué. La stratégie de la LDK est donc démentie. L’impatience monte au Kosovo. Toutefois un accord est signé à la surprise générale en Rugova et Miloševič sur le système éducatif sous la médiation de la communauté Sant’ Egidio. Il prévoit simplement le retour des élèves albanais dans des bâtiments devant leur revenir. L’accord eut peu de conséquences sur la répression subie par les albanais.

 

Le 28 Novembre 1997, des hommes en uniforme viennent rendre hommage à un instituteur tué. C’est la première apparition de l’Armée de Libération du Kosovo (Ushtrria Clirimtare e Kosovës, UCK). Ce mouvement est issu d’un vaste mouvement de résistance armée à la police serbe. Jusqu’à l’été 1998, cette organisation est considérée par le Congrès américain comme une organisation terroriste financée par le trafic de drogue. Elle deviendra ensuite armée de libération et le principal allié des troupes occidentales.

*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006

La mainmise serbe sur le Kosovo

Dans sa course au pouvoir, Miloševič va utiliser une rhétorique contre les cadres du parti visant l’avènement du peuple*. Il s’arroge du même coup tous les pouvoirs dans les Républiques fédérées. En protestation des mineurs albanais de Trepča manifestent et mènent une grève de la faim. La grève est réprimée dans le sang. Le 23 Février le Parlement du Kosovo vote sous la pression des amendements réduisant à néant l’autonomie de la province. Certains dénoncent un vote truqué. Le 28 Juin 1989, la campagne populiste de Miloševič bat son plein pour la commémoration des 600 ans de Kosovo Polje. Cet acte représente la fin de la Fédération de Yougoslavie. Miloševič est accueilli par les Serbes en sauveur, les Albanais restent terrés chez eux.

 
S’en suit la mise en œuvre d’un véritable apartheid : Serbes et Albanais sont physiquement séparés. Des mesures interdisent l’achat de biens immobiliers par des Albanais, les licenciements sont nombreux. Toutefois si le terme d’apartheid est largement utilisé par les Albanais, il faut prendre garde à ne pas sombrer dans la surenchère. Si la ségrégation est effective, aucune loi raciale n’est promulguée.
De son côté la résistance albanaise s’organise. Il y a une vraie effervescence associative, des cercles se créent. Les députés albanais au Parlement du Kosovo, jusqu’alors passifs, se révoltent en 1990. Ils se rassemblèrent en secret et adoptèrent la Constitution de la République Fédérée du Kosovo. La Ligue Démocratique du Kosovo se créent, rassemblant de nombreux écrivains et intellectuels, et organisent des élections clandestines le 24 Mai 1992. Ibrahim Rugova est élu président de la « République de Kosovë ».

 

La LDK poursuit une stratégie non-violente, visant à internationaliser la question du Kosovo et à contester toute légitimité à la Serbie. Cette stratégie se développe en une dénonciation et en un harcèlement des traîtres et collaborateurs albanais. La LDK demande très tôt l’intégration européenne et la mise en place d’un protectorat des Nations-Unies. La stratégie non-violente est difficile à saisir dans le cadre d’une culture politique albanaise volontiers violente et guerrière. Elle semble issue d’un rapport de force perçu comme peu favorable. Les Albanais souhaitent être perçus comme démocrates, policés alors que les médias serbes les dépeignent comme violents et chauvinistes. Pour délégitimer la Serbie, la LDK met en place une véritable société parallèle qui fonctionne mais ne paralyse pas Belgrade. Le régime de Miloševič démontre même que sans les albanais le Kosovo fonctionne. L’internationalisation du conflit ne fonctionne pas. Les regards sont tournés vers la Bosnie. Les Albanais se trouvent bientôt dans une impasse. La stratégie de boycott des élections pose aussi problème. En effet, Miloševič ne peut gouverner seul, il est donc allié avec le parti radical serbe d’extrême droite. Si les albanais avaient participé aux élections, peut être auraient-ils précipité la fin du leader nationaliste.

 
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006

Miloševič et le Kosovo

 

Un événement est fondateur du sursaut nationaliste serbe au Kosovo*. Le 24 Avril 1987, des véhicules officiels s’engagent dans les rues de Kosovo Polje, faubourg serbe de Pristina. Un représentant du parti est arrivé de Belgrade pour une réunion : Slobodan Miloševič. Une foule compacte et vindicative est massée autour de son véhicule. Les Serbes n’en peuvent plus, ils dénoncent des exactions albanaises et l’indifférence de la République de Serbie. Un camion rempli de pierres prêtes à être lancées effraie les policiers qui demandent à Miloševič de sortir pour calmer la foule. Miloševič improvise mais prononça un phrase qui restera gravée dans les mémoires : « personne n’a le droit de battre le peuple ». Il invite les Serbes à désigner des représentants qui montent à la tribune devant des dirigeants communistes pour exprimer leurs doléances. Le malaise des Serbes est réel mais reflète celui de la Fédération. Le Kosovo est sous-développé, la région plus pauvre de la Fédération.

On ne le présente plus…

L’intuition de Miloševič est d’utiliser cette insatisfaction pour nourrir un nationalisme serbe longtemps tabou et précipiter par là même la Fédération yougoslave vers l’éclatement. Le Kosovo est en outre une bombe démographique et sociale. La population y est très jeune. Encore aujourd’hui 60% des kosovares ont moins de 35 ans. Le Kosovo a été et demeure incapable d’offrir un avenir à ces jeunes. Beaucoup vont à l’université dans des cursus pour lesquelles aucun emploi n’est disponible (littérature, philosophie, sociologie). Le Kosovo manque cruellement d’ingénieurs. Du coup, les cadres sont envoyés de Belgrade, ce qui renforce l’impression d’une administration coloniale.
Les manifestations de 1981 sont alimentées par ce prolétariat universitaire. Le mouvement débute avec des revendications étudiantes en mars (meilleure nourriture dans les restaurants universitaires, et améliorations des conditions de vie dans les dortoirs). Le mouvement gagne Prizren, puis se mue en révolte générale. L’onde de choc se propage hors du Kosovo parmi tous les Albanais de Yougoslavie. Une très violente répression matte la foule. Amnesty International parle de 300 morts, les Albanais de 1000 alors que la presse yougoslave déplore 11 victimes. Le traumatisme est grand : la presse yougoslave parle d’un complot fomenté de l’extérieur pour détruire la Fédération. Les yeux se tournent vers l’Albanie qui s’en prend à la « puissance occupante » yougoslave. Les cadres albanais dirigeant le Kosovo sont dans une situation délicate. Alors que les responsables politiques sont en majorité albanais, la population albanaise est hostile envers cet Etat répressif. Les communautés serbes et albanaises rompent tous liens.

 
Du côté des Serbes, la colère gronde et Miloševič va la récupérer et l’alimenter à son profit. Il va devenir maître dans l’utilisation d’une idéologie nationaliste serbe visant à remplacer une idéologie communiste yougoslave moribonde. La solution n’est pas nouvelle elle fut utilisée en Roumanie et en Bulgarie. Mais le cas Miloševič réside dans sa capacité à se maintenir au pouvoir sans solution de continuité de mi 1980 au début des années 2000, et ce au prix de guerres sanglantes. Dans sa quête Miloševič va se rallier de nombreux intellectuels serbes.
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006

Le Kosovo dans la Yougoslavie titiste

La fédération yougoslave était très soucieuse de contenir un nationalisme serbe perçu comme la plus grande menace pour son unité*. Le sort du Kosovo fut très lié au sort de la Fédération yougoslave : collectivisation à marche forcée jusqu’aux années 50 puis relâchement de cette politique. La rupture soviético-yougoslave de 48 n’entraina pas d’assouplissement des politiques, la réforme agraire demeurant un enjeu fort pour le Kosovo.

Les premières années de la Fédération furent marquées par une forte répression frappant tous les mouvements nationalistes du Kosovo, même si cette politique fut menée par un Serbe, Rankovič. Son limogeage en 1966 marqua un adoucissement de la politique antinationaliste. Un combat entre réformateurs et conservateurs marqua l’évolution du parti vers plus de décentralisation et une autonomie plus grande du Kosovo. Les revendications albanaises semblaient tolérées. Des albanais accédèrent même aux plus hautes fonctions du Parti. S’en suivit un âge d’or de l’autonomie kosovare courant de 1974 à 1981 et regrettée par les Albanais. Mais le statut de 1974, contradictoire allait faire naître des frustrations côté Serbe et côté Albanais.

 

Josip Broz Tito

Le Kosovo était une province autonome rattachée à la République de Serbie, jouissant de fait des mêmes droits que les Républiques fédérées. Le Kosovo envoyait donc des représentants au Parlement fédéral et au Parlement de Serbie alors que la République de Serbie n’avait aucun droit d’ingérence sur le Kosovo. Les Serbes dénoncèrent une constitution discriminatoire alors que les Albanais souhaitaient le statut de République de plein droit. L’enjeu majeur était que le statut de république donnait droit à la sécession, ce que refusait catégoriquement Belgrade. Les Albanais avaient le statut de minorité, car ils venaient d’un Etat extérieur, alors que les autres peuples des Républiques (Slovénie, Croatie,…) étaient considérés comme « constitutifs ». Les Albanais virent dans ce statut une discrimination forte. Les Albanais profitèrent au mieux de l’autonomie du Kosovo. Une vie culturelle et artistique intense se développa. L’Université de Pristina se développa après sa création en 1969.
Dans les années 60 et 70, la Fédération Yougoslave connaît un âge d’or. Nombreux sont les Kosovars qui regrettent ce temps. Le pays s’ouvre au tourisme, mais vit à crédit. Le prestige de Tito est immense. Toutefois les Albanais se tinrent à l’écart de l’appartenance à une fédération se revendiquant slave. Les liens avec l’Albanie demeuraient-ils plus forts ? Y-avait-il un projet politique parallèle ? La recherche historique mériterait d’être approfondie sur ce point.
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006

Le Kosovo dans le Monopoly balkanique et mondial

La révolution « Jeune Turque » qui chassa le sultan au pouvoir fut d’abord saluée par les Albanais mais rien ne s’arrangea véritablement*. L’insurrection prit beaucoup de poids en 1912 avec le soulèvement de toutes les terres albanaises menées par Ismaïl Qemal. Les albanais furent soutenus dans leur lutte par tous leurs voisins (Serbie, Monténégro, Grèce, Bulgarie). En novembre 1912, Ismaïl Qemal proclame la « République d’Albanie ». Au printemps 1913, la Macédoine était occupée alors que Serbes et Monténégrins se partagèrent le Kosovo. En juillet 1913, la conférence de Londres reconnait un Etat albanais mais cantonné dans ses frontières actuelles. Il n’y aura donc pas de Grande Albanie.

 
La Bulgarie fait toutefois volte-face et attaque ses alliés ce qui délenche la Seconde guerre balkanique pour reprendre le contrôle de la Macédoine. Elle échoue : la Macédoine est partagée entre la Serbie, le Monténégro et la Bulgarie. Le Kosovo entre la Serbie et le Monténégro. Mais aucune puissance ne peut y établir son contrôle avant que la première guerre mondiale n’éclate.

 
Le Kosovo fut envahi par les Autrichiens, ennemis des Serbes, en 1915. Le Kosovo, terre de désolation marque les esprits serbes et internationaux. Les colonnes serbes y remontent harcelées par les détachements irréguliers albanais. La Serbie fut ravagée par le typhus. Les Serbes résistèrent de façon héroïque se valant le soutien de la France et des Anglais. Le règlement de la guerre fut favorable aux Serbes, bien que vaincus car occupés par l’Autriche-Hongrie. La France fit pression pour qu’un Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes soit créé. Ce royaume prit possession du Kosovo, suscitant une vive contestation albanaise. Les chefs historiques du mouvement albanais fuirent en Albanie pour former le « Comité Kosovo ». Il servait surtout à soutenir les bastions serbes au Kosovo victimes des représailles de l’armée serbe. La situation en Albanie était confuse, les membres du Comité Kosovo y occupant des places de choix.
Dans l’entre-deux-guerres, le Royaume Serbe va développer une politique de colonisation du Kosovo, accompagnée de pressions pour inciter les Albanais à quitter la région afin de renverser la tendance amorcée par l’exode des Serbes pendant la guerre. Une politique de colonisation agricole fut également mise en place. La politique fut généreuse et donnait de nombreux avantages aux colons (gratuité de la terre) mais connut un succès limité : 60 000 serbes s’installèrent au Kosovo. Belgrade s’engagea également à payer l’installation des populations albanaises en Turquie.

 
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’Allemagne Nazie écrasa le Royaume de Yougoslavie. La Grande Albanie fut créée absorbant le Kosovo et administrée par une administration fasciste albano-italienne. L’occupation italienne fut perçue comme une libération pour les Albanais. L’administration nazie occupait Mitrovica au Nord. Bien que s’étant engagés auprès des collaborationnistes serbes à ne pas favoriser le nationalisme albanais, les allemands facilitèrent l’implantation d’écoles albanaises et d’un conseil des Anciens chargé de faire appliquer la loi. Un régime de terreur s’instaura envers les Serbes. Les colons furent expulsés ou tués. Un certain nombre d’Albanais s’installèrent au Kosovo où la résistance était faible. Le Parti communiste yougoslave, faiblement implanté au Kosovo appelait les résistants albanais, serbes et monténégrins à s’unir pour lutter contre la bourgeoise Grande Albanie.

 
Après la capitulation italienne en 1943, les Allemands tentèrent de rependre les zones italiennes alors que leurs partisans albanais formaient la seconde Ligue de Prizren qui visait à combattre les Serbes et les Monténégrins. Les expulsions de serbes s’intensifièrent. Pour contrer ce mouvement les Partis communistes de Yougoslavie et d’Albanie se réunirent à Bujan en Janvier 1944 pour déclarer que le Kosovo, zone majoritairement albanaise, souhaitait s’unir avec l’Albanie. Pour cela il fallait combattre les nazis et leurs collaborateurs. Le but de cette conférence était de rallier les Albanais au combat communiste. La résolution adoptée fut immédiatement démentie par Tito.
Les Allemands acculés créèrent une division SS rassemblant des combattants albanais. En septembre 1944, les troupes nazies défaites évacuèrent vers la Grèce. La libération du Kosovo fut permise par l’avancée soviéto-bulgare à l’Est et l’insurrection des partisans albanais à l’Ouest. Toutefois les militants actifs de la Ligue de Prizren, restaient bien implantés au Kosovo faisant régner le chaos. Les partisans albanais au Kosovo refusèrent de soutenir Belgrade dans son combat contre les nazis, les partisans se divisèrent et l’état d’urgence fut décrété au Kosovo où une répression féroce s’abattit sur les partisans albanais réfractaires. Le pouvoir communiste s’établit donc au Kosovo dans la pire des conditions.

 
En Juillet 1945 le Kosovo fut annexé à la Serbie mais Tito revint sur cette décision pour se concilier les populations albanaises. Il avait pour projet de devenir le chef de la Fédération Socialiste des Balkans et d’asseoir sa légitimité. Le Kosovo devint donc une province autonome et les colons serbes et monténégrins furent empêchés de revenir au Kosovo.
La seconde guerre mondiale reste une zone noire de l’histoire du Kosovo. Les Serbes mettent en avant leur statut de peuple martyr alors que les Albanais tendent à minorer l’importance réelle de la collaboration. C’est un sujet de conversation assez fréquent mais la plupart des élèves dans les écoles albanaises du Kosovo apprennent que, bien qu’initiée par les nazis, la réalisation de la Grande Albanie a fait vivre un sentiment national et de solidarité forte au sein du peuple albanais. Le régime communiste a tout fait pour qu’aucun débat n’ait lieu, empêchant dans le même temps tout processus de réconciliation. Des mémoires parallèles se sont créées pendant la période communiste, mémoires qui restent toutes deux enseignées dans les systèmes éducatifs parallèles existant au Kosovo.

 
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006

Le Kosovo dans les imaginaires serbes et albanais

Le Kosovo a la particularité d’être le noyau de l’identité nationale et religieuse des serbes. On parle souvent de Jerusalem serbe*. La région sera d’abord disputée par les Bulgares et l’Empire byzantin puis entre l’Eglise orthodoxe et catholique. L’Etat serbe atteignit son apogée en 1331, s’étendant du Danube à la Grèce. Lors de la mort du fondateur, Dušan en 1355, les seigneurs locaux s’affrontent et les Turcs d’Anatolie envahissent le territoire. Le 28 Juin 1389, les armées ottomanes et chrétiennes se rencontrent sur la plaine du Champ des Merles (Kosovo Polje). Les troupes chrétiennes sont écrasées par les troupes ottomanes mais la légende raconte que la veille de la bataille le Prince Lazar aurait été visité par un ange qui lui aurait présenté le dilemme suivant : gagner la bataille ou gagner le royaume des Cieux. Le peuple serbe se serait dès lors sacrifié pour accéder au rang de peuple céleste.

Kosovo Polje

Sous domination ottomane, les minorités orthodoxes n’étaient pas reconnues en tant que telles mais protégées. L’identité nationale serbe fut donc associée à l’identité orthodoxe. Le Kosovo se trouve pas la suite au cœur des conflits opposant autrichiens et turcs. Une islamisation forcée des populations serbes, albanaises et Gorani (vivant dans les montagnes) eut lieu pendant cette période troublée. Ce phénomène a une grande importance pour les Serbes car il est souvent avancé qu’un bonne part des Albanais du Kosovo serait en fait des Serbes convertis. Il ne faut toutefois pas exagérer ce phénomène et si les Albanais se sont « serbisés » à cette époque nombre de serbes se sont également « albanisés » à l’époque. En outre à cette époque les mouvements de population étaient fréquents et massifs.
La célébration de la bataille du « Champ des Merles » dans des chants et des récits ne donna pas d’abord lieu à des revendications politiques. Elle faisait partie d’une culture balkanique plus large. Le basculement a eu lieu avec l’émergence de la Serbie comme Etat pendant la première moitié du XIXème siècle. L’Eglise orthodoxe porta un intérêt particulier à ce mouvement d’émancipation pour asseoir son pouvoir politique dans la région.

 
Le nationalisme albanais se développa lui au XIXème siècle largement en réponse à l’affirmation d’un nationalisme serbe. C’est un phénomène assez tardif, comme l’islamisation du peuple albanais. Lorsque que l’Empire ottoman mit en place un processus de réforme limitant l’autonomie des pachas locaux, la résistance albanaise s’organisa. Dans le même temps le monde albanais connaissait plusieurs projets politiques.

 
En 1876 la Crise d’Orient modifia la donne. La Serbie et le Monténégro attaquèrent l’Empire Ottoman sans grands succès et la Russie, alliée de la Serbie lançant un ultimatum à l’Empire pour demander des réformes. Le sort des Balkans fut réglé entre les grandes puissances au Congrès de Berlin. Aucune partie locale ne fut invitée à la table des négociations. La première manifestation du nationalisme albanais eut lieu avec la Ligue de Prizren qui se réunit en 1878 à la veille du Congrès. Elle défendait l’Empire et une zone albanaise autonome alors que la Serbie souhaitait le rattachement du Kosovo à la principauté. Le Congrès ouvrit la voie à la reconnaissance d’une Serbie et d’un Monténégro indépendants et consacra l’extension de la Serbie au Sud. Les Serbes chassèrent les populations non-serbes vers le Kosovo. Ce fait est souvent avancé par les albanais comme un argument pour justifier la longue tradition de « nettoyage ethnique » des Serbes.
L’agitation se poursuivit dans les années suivantes. L’Empire Ottoman écrasant la Ligue de Prizren en raison de ses revendications nationalistes. Malade, l’Empire Ottoman était attaqué de l’intérieur alors que l’Autriche-Hongrie jouait la carte du nationalisme albanais.

 
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006