Le Kosovo dans la Yougoslavie titiste

La fédération yougoslave était très soucieuse de contenir un nationalisme serbe perçu comme la plus grande menace pour son unité*. Le sort du Kosovo fut très lié au sort de la Fédération yougoslave : collectivisation à marche forcée jusqu’aux années 50 puis relâchement de cette politique. La rupture soviético-yougoslave de 48 n’entraina pas d’assouplissement des politiques, la réforme agraire demeurant un enjeu fort pour le Kosovo.

Les premières années de la Fédération furent marquées par une forte répression frappant tous les mouvements nationalistes du Kosovo, même si cette politique fut menée par un Serbe, Rankovič. Son limogeage en 1966 marqua un adoucissement de la politique antinationaliste. Un combat entre réformateurs et conservateurs marqua l’évolution du parti vers plus de décentralisation et une autonomie plus grande du Kosovo. Les revendications albanaises semblaient tolérées. Des albanais accédèrent même aux plus hautes fonctions du Parti. S’en suivit un âge d’or de l’autonomie kosovare courant de 1974 à 1981 et regrettée par les Albanais. Mais le statut de 1974, contradictoire allait faire naître des frustrations côté Serbe et côté Albanais.

 

Josip Broz Tito

Le Kosovo était une province autonome rattachée à la République de Serbie, jouissant de fait des mêmes droits que les Républiques fédérées. Le Kosovo envoyait donc des représentants au Parlement fédéral et au Parlement de Serbie alors que la République de Serbie n’avait aucun droit d’ingérence sur le Kosovo. Les Serbes dénoncèrent une constitution discriminatoire alors que les Albanais souhaitaient le statut de République de plein droit. L’enjeu majeur était que le statut de république donnait droit à la sécession, ce que refusait catégoriquement Belgrade. Les Albanais avaient le statut de minorité, car ils venaient d’un Etat extérieur, alors que les autres peuples des Républiques (Slovénie, Croatie,…) étaient considérés comme « constitutifs ». Les Albanais virent dans ce statut une discrimination forte. Les Albanais profitèrent au mieux de l’autonomie du Kosovo. Une vie culturelle et artistique intense se développa. L’Université de Pristina se développa après sa création en 1969.
Dans les années 60 et 70, la Fédération Yougoslave connaît un âge d’or. Nombreux sont les Kosovars qui regrettent ce temps. Le pays s’ouvre au tourisme, mais vit à crédit. Le prestige de Tito est immense. Toutefois les Albanais se tinrent à l’écart de l’appartenance à une fédération se revendiquant slave. Les liens avec l’Albanie demeuraient-ils plus forts ? Y-avait-il un projet politique parallèle ? La recherche historique mériterait d’être approfondie sur ce point.
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *