Miloševič et le Kosovo

 

Un événement est fondateur du sursaut nationaliste serbe au Kosovo*. Le 24 Avril 1987, des véhicules officiels s’engagent dans les rues de Kosovo Polje, faubourg serbe de Pristina. Un représentant du parti est arrivé de Belgrade pour une réunion : Slobodan Miloševič. Une foule compacte et vindicative est massée autour de son véhicule. Les Serbes n’en peuvent plus, ils dénoncent des exactions albanaises et l’indifférence de la République de Serbie. Un camion rempli de pierres prêtes à être lancées effraie les policiers qui demandent à Miloševič de sortir pour calmer la foule. Miloševič improvise mais prononça un phrase qui restera gravée dans les mémoires : « personne n’a le droit de battre le peuple ». Il invite les Serbes à désigner des représentants qui montent à la tribune devant des dirigeants communistes pour exprimer leurs doléances. Le malaise des Serbes est réel mais reflète celui de la Fédération. Le Kosovo est sous-développé, la région plus pauvre de la Fédération.

On ne le présente plus…

L’intuition de Miloševič est d’utiliser cette insatisfaction pour nourrir un nationalisme serbe longtemps tabou et précipiter par là même la Fédération yougoslave vers l’éclatement. Le Kosovo est en outre une bombe démographique et sociale. La population y est très jeune. Encore aujourd’hui 60% des kosovares ont moins de 35 ans. Le Kosovo a été et demeure incapable d’offrir un avenir à ces jeunes. Beaucoup vont à l’université dans des cursus pour lesquelles aucun emploi n’est disponible (littérature, philosophie, sociologie). Le Kosovo manque cruellement d’ingénieurs. Du coup, les cadres sont envoyés de Belgrade, ce qui renforce l’impression d’une administration coloniale.
Les manifestations de 1981 sont alimentées par ce prolétariat universitaire. Le mouvement débute avec des revendications étudiantes en mars (meilleure nourriture dans les restaurants universitaires, et améliorations des conditions de vie dans les dortoirs). Le mouvement gagne Prizren, puis se mue en révolte générale. L’onde de choc se propage hors du Kosovo parmi tous les Albanais de Yougoslavie. Une très violente répression matte la foule. Amnesty International parle de 300 morts, les Albanais de 1000 alors que la presse yougoslave déplore 11 victimes. Le traumatisme est grand : la presse yougoslave parle d’un complot fomenté de l’extérieur pour détruire la Fédération. Les yeux se tournent vers l’Albanie qui s’en prend à la « puissance occupante » yougoslave. Les cadres albanais dirigeant le Kosovo sont dans une situation délicate. Alors que les responsables politiques sont en majorité albanais, la population albanaise est hostile envers cet Etat répressif. Les communautés serbes et albanaises rompent tous liens.

 
Du côté des Serbes, la colère gronde et Miloševič va la récupérer et l’alimenter à son profit. Il va devenir maître dans l’utilisation d’une idéologie nationaliste serbe visant à remplacer une idéologie communiste yougoslave moribonde. La solution n’est pas nouvelle elle fut utilisée en Roumanie et en Bulgarie. Mais le cas Miloševič réside dans sa capacité à se maintenir au pouvoir sans solution de continuité de mi 1980 au début des années 2000, et ce au prix de guerres sanglantes. Dans sa quête Miloševič va se rallier de nombreux intellectuels serbes.
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *