La mainmise serbe sur le Kosovo

Dans sa course au pouvoir, Miloševič va utiliser une rhétorique contre les cadres du parti visant l’avènement du peuple*. Il s’arroge du même coup tous les pouvoirs dans les Républiques fédérées. En protestation des mineurs albanais de Trepča manifestent et mènent une grève de la faim. La grève est réprimée dans le sang. Le 23 Février le Parlement du Kosovo vote sous la pression des amendements réduisant à néant l’autonomie de la province. Certains dénoncent un vote truqué. Le 28 Juin 1989, la campagne populiste de Miloševič bat son plein pour la commémoration des 600 ans de Kosovo Polje. Cet acte représente la fin de la Fédération de Yougoslavie. Miloševič est accueilli par les Serbes en sauveur, les Albanais restent terrés chez eux.

 
S’en suit la mise en œuvre d’un véritable apartheid : Serbes et Albanais sont physiquement séparés. Des mesures interdisent l’achat de biens immobiliers par des Albanais, les licenciements sont nombreux. Toutefois si le terme d’apartheid est largement utilisé par les Albanais, il faut prendre garde à ne pas sombrer dans la surenchère. Si la ségrégation est effective, aucune loi raciale n’est promulguée.
De son côté la résistance albanaise s’organise. Il y a une vraie effervescence associative, des cercles se créent. Les députés albanais au Parlement du Kosovo, jusqu’alors passifs, se révoltent en 1990. Ils se rassemblèrent en secret et adoptèrent la Constitution de la République Fédérée du Kosovo. La Ligue Démocratique du Kosovo se créent, rassemblant de nombreux écrivains et intellectuels, et organisent des élections clandestines le 24 Mai 1992. Ibrahim Rugova est élu président de la « République de Kosovë ».

 

La LDK poursuit une stratégie non-violente, visant à internationaliser la question du Kosovo et à contester toute légitimité à la Serbie. Cette stratégie se développe en une dénonciation et en un harcèlement des traîtres et collaborateurs albanais. La LDK demande très tôt l’intégration européenne et la mise en place d’un protectorat des Nations-Unies. La stratégie non-violente est difficile à saisir dans le cadre d’une culture politique albanaise volontiers violente et guerrière. Elle semble issue d’un rapport de force perçu comme peu favorable. Les Albanais souhaitent être perçus comme démocrates, policés alors que les médias serbes les dépeignent comme violents et chauvinistes. Pour délégitimer la Serbie, la LDK met en place une véritable société parallèle qui fonctionne mais ne paralyse pas Belgrade. Le régime de Miloševič démontre même que sans les albanais le Kosovo fonctionne. L’internationalisation du conflit ne fonctionne pas. Les regards sont tournés vers la Bosnie. Les Albanais se trouvent bientôt dans une impasse. La stratégie de boycott des élections pose aussi problème. En effet, Miloševič ne peut gouverner seul, il est donc allié avec le parti radical serbe d’extrême droite. Si les albanais avaient participé aux élections, peut être auraient-ils précipité la fin du leader nationaliste.

 
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *