Is it your first time in Kosovo?

Le premier contact avec un autochtone (qu’il s’agisse du chauffeur de taxi, d’une personne croisée dans la rue ou d’un serveur) se déroule presque toujours de la même façon. Cela commence par une longue phrase en albanais à laquelle vous tentez de répondre en mobilisant l’intégralité de votre guide de conversation Assimil’ pour montrer qu’on vous ne l’a fait pas à vous.  Le résultat est en général un magma informe constitué de « Bonjour. J’ai faim et j’ai soif s’il vous plaît. Je ne suis pas d’accord. Merci beaucoup. Au revoir ». Votre interlocuteur accuse le coup et se rend en général rapidement compte qu’il faudra plutôt compter sur l’anglais pour tenir une conversation sensée.

Tout débute par la même question fatidique : « Is it your first time in Kosovo ? ». On trouve aussi des déclinaisons : « Have you ever been to Kosovo before ? » « Have you ever lived in Prisitina ? ». Bien évidemment c’est non. Votre interlocuteur va donc consacrer les trente minutes qui vont suivre à vous raconter l’histoire du Kosovo. L’important c’est de vous tenir au courant de tout, avant qu’un Serbe ou qu’un Albanais vous lave le cerveau ».

Si c’est un kosovar albanais vous aurez le droit à « Let me tell you that we have a long history of suffering », qui marquera le début  d’un exposé sur les origines illyriennes du peuple albanais, les souffrances endurées à cause des Serbes mais aussi la grande gloire de ce peuple a qui on a toujours refusé l’unification sous le projet de « Grande Albanie ».

Si vous rencontrez un Serbe (et là c’est plus rare, il faut soit être dans les zones majoritairement serbes, soit avoir rencontré l’un des rares Serbes vivant encore à Pristina), il y a de fortes chances qu’il commence par vous demander d’où vous venez. Globalement, si vous venez d’un Etat qui a participé à l’opération de l’OTAN et reconnu l’indépendance du Kosovo, la discussion commencera par des reproches. Si de nombreux serbes aurait accepté que l’OTAN les aide à se débarrasser de Milošević, les crimes de guerre et l’impact des bombardements de l’OTAN sur les civils serbes ne passent pas.  Puis votre interlocuteur lui aussi se lancera dans un exposé sur le droit légitime et sacré des Serbes sur le territoire kosovar.

On comprend vite qu’ici on est soit pro-serbe, soit pro-albanais. Il n’y a pas de neutralité possible, pas de juste milieu. Il faut donc s’adapter à son interlocuteur. Pour ma part j’ai opté pour une attitude un peu naïve consistant à poser des questions mais à ne jamais soutenir l’un ou l’autre des revendications politiques exprimées. La communauté internationale a trop pêché par sa partialité au Kosovo…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *