Valse organisationnelle au chevet de l’Ukraine

Depuis la réaction musclée de Moscou au changement de pouvoir en Ukraine, les scenarii d’intervention n’ont cessé de se multiplier. Qui de l’ONU, de l’UE ou de l’OTAN sera le premier à réagir? Et si l’Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe (OSCE), cette grande inconnue, s’imposait comme la grande gagnante de ce jeu de pronostic…

Quand l’OTAN fait dans la mesure…

Si l’OTAN a été une des premières à se faire entendre, elle l’a faite avec une mesure inhabituelle pour une organisation qui est maintes fois intervenue hors des dispositions prévues par le Traité de l’Atlantique Nord.

En effet, l’OTAN en tant qu’alliance militaire est compétente pour intervenir en cas d’agression d’un de ses membres. Ce sont les fameuses dispositions de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord qui disposent que « les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles […] sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties ». Cet article n’a été invoqué qu’une seule fois, au lendemain des attaques terroristes du 11 Septembre. Son activation donne lieu à une réponse collective des membres de l’alliance au bénéfice du membre attaqué. L’article 4 quant à lui, prévoit des modalités de consultation « chaque fois que, de l’avis de l’une d’elles, l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’une des parties sera menacée ».

Continuer la lecture de Valse organisationnelle au chevet de l’Ukraine

Les Jeux Politiques de Sochi

La présence de Ban Ki Moon à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques à Sochi a eu de quoi suprendre. Alors que plusieurs chefs d’Etats ont décliné l’invitation pour marquer leur désapprobation à l’égard de la politique discriminatoire menée par Moscou à l’égard des personnes homosexuelles, pourquoi le Secrétaire Général de l’ONU fait-il le déplacement ? L’organisation globale cède-t-elle une fois de plus sous le poids de la géopolitique ? Certains commentateurs ne manquent pas de rappeler l’attrait de Ban Ki Moon pour les Jeux. A Londres déjà, le secrétaire général de l’ONU s’était déjà prêté au jeu du port de la torche olympique et avait assisté à la cérémonie d’ouverture. Il demeure que son intervention lors des Jeux de 2014 est une première, d’autant plus frappante que l’image du CIO est quelque peu ternie par un fonctionnement, une histoire et des prises de positions peu en accord avec les valeurs onusiennes. Et c’est qui explique sans doute le funambulisme rhétorique du secrétaire général.

Continuer la lecture de Les Jeux Politiques de Sochi