La guerre n’est jamais loin

Au Kosovo il y a toujours un événement pour rappeler que la guerre n’est jamais loin et que les tensions opposant communautés albanaises et serbes sont loin d’être dissipées. Je reviendrai dans un prochain billet sur l’histoire du conflit au Kosovo pour déconstruire la lecture qui en a été donnée par les médias occidentaux assimilant la guerre du Kosovo à la guerre en Bosnie (alors que les deux conflits sont très différents) et surtout diabolisant le peuple serbe pour embrasser la cause du nationalisme albanais.

La situation au Kosovo est complexe et, au-delà des différences entre serbes et albanais, il y a un véritable sentiment d’appartenance au Kosovo. Etre du Kosovo veut souvent dire quelque chose. Les serbes de Belgrade ont ainsi tendance à mépriser les serbes du Kosovo perçus comme arriérés. Alors que les albanais considèrent les kosovars albanophones comme prétentieux et arrivistes. Toutefois chaque communauté, qu’il s’agisse des serbes ou des albanais du Kosovo, a une identité forte marquée par son expérience du conflit. Clairement, les serbes sont dans la survie dans la mesure où leurs droits sont niés par l’Etat kosovar. Les kosovar albanais sont très nationalistes et se reconnaissent comme le seul peuple disposant d’une légitimité pour habiter et diriger cette région. Dès lors, ils ne manquent pas d’exprimer leur solidarité envers les minorités albanaises au Nord et à l’Est du Kosovo et s’attaquent à tous les symboles d’une présence serbe.

Deux exemples récents peuvent illustrer cette situation.
Il est très fréquent que des groupes nationalistes kosovars profanent des tombes serbes. Les cimetières font même l’objet d’une protection continue par la police et les troupes de la KFOR. Ces actes font souvent l’objet de réplique par l’Etat serbe qui bloque par exemple les routes au Nord du Kosovo. Les symboles de la présence serbe au Kosovo sont souvent attaqués avec un acharnement particulier envers les symboles religieux.

eglise

Une église serbe fantomatique au cœur de Pristina

Mais il ne faut pas en conclure que le Kosovo serait le lieu où se joue une nouvelle guerre de religion. Le conflit est profondément politique et repose sur l’affrontement de deux nationalismes qui revendiquent un droit historique sur le territoire Kosovar. On a même pu parler d’une Jérusalem des Balkans.
Hier en rentrant du centre ville, je suis tombée sur un rassemblement dans l’avenue piétonne Mère Térésa (les albanais lui vouent une vénération sans bornes). Une centaine de personnes principalement des hommes plutôt jeunes, arborant des drapeaux albanais et des brassières rouges occupaient une place en hurlant des slogans nationalistes. Un discret contingent de la KFOR (surtout des suédois) était présent sur les lieux, visiblement tendu. La police kosovare était là mais ne semblait pas trop savoir pourquoi. Je me suis approché d’un étudiant albanais pour lui demander de quoi il s’agissait. Sa réponse n’a pas tardé : « c’est une protestation contre la situation de nos frères albanais à l’Est du Kosovo ». Je demande naïvement des précisions. Il répond que ses frères albanais vivent sous le joug des serbes mais qu’un jour la république du Kosovo vaincra. Inch’allah. Vous comprendrez que vu le contexte, je me suis abstenue de prendre des photos.
Même à Pristina, ville majoritairement albanaise, le nationalisme est très présent et la guerre a laissé des traces.

Il est frappant de constater à quel point les kosovars albanais ne sont près à aucun compromis sur le statut du Kosovo. Il faut dire que, contrairement à ce qui fut le cas en Bosnie, les deux communautés n’ont pas d’histoire commune et n’ont jamais réellement cohabité ensemble. La présence si visible d’un nationalisme à la rhétorique guerrière fait froid dans le dos et n’est pas sans rappeler des heures sombres de l’histoire européenne…

Premiers pas à Pristina (suite)

La journée d’hier a été l’occasion d’une première découverte de Pristina. Comme souvent dans cette région du monde, rien ne paraît simple et tout est affaire de contraste. En faisant mes premiers pas dans la ville, je me suis dit qu’il fallait bien plusieurs années pour prétendre avoir une compréhension minimale de ce qui se passe dans la région (et encore…). Ma route m’a permis de traverser les différents quartiers de Pristina, tous teintés d’une atmosphère particulière.
Ce qui saisit le « promeneur » c’est d’abord le côté sympathiquement anarchique de la ville. Pour traverser la route, il faut se tenir bien droit sur ses pieds et croire très fort que les voitures vont s’arrêter (ce qui est le cas, mais il faut mieux ne pas tenter en cas de doute). Les trottoirs servent plus de places de parking que de voies pour les piétons. Pourtant tout le monde se déplace à pied à Pristina tant tout est à portée de pied, mais il est bien plus sécurisé de marcher directement au milieu du trafic que sur les trottoirs, hormis sur les boulevards bien sûr. On ne peut pas vraiment se perdre car on retombe toujours aux mêmes endroits (l’Avenue Mère Térésa, NewBorn, Le Boulevard Clinton…).
L’autre impression c’est l’omniprésence de la religion. Le Kosovo est majoritairement musulman dans ses parties albanaises, alors que les Serbes (surtout concentrés dans les enclaves Nord du Kosovo) sont orthodoxes, ce qui peut expliquer que la religion ait été invoquée à tort comme une cause du conflit.

mosquee prsitina
Une mosquée dans le quartier de Dragodan


Prisitina laisse aussi l’image d’une ville jeune, bouillonnante qui étouffe dans son petit espace. Les constructions éclosent un peu partout, il y a beaucoup de musique dans les rues. C’est une ville qui regarde définitivement vers l’avenir qu’elle rêve européen ou américain.

Newborn

La célèbre sculpture Newborn

Pourtant on sent bien que le quotidien n’est pas facile. 43 % des kosovars sont au chômage, la majorité de la population vit avec moins de 3 € par jour et les jeunes albanais très éduqués pensent souvent à l’exil. Dans la rue, il y souvent des groupes d’hommes jeunes qui discutent autour d’une cigarette et d’un café et sont ravis d’aider les passants à retrouver leur chemin (enfin surtout lorsqu’il s’agit de passantes). L’atmosphère générale est très hospitalière et chaleureuse. D’ailleurs les kosovars sont souvent ravis de pouvoir discuter avec des étrangers qui ne les snobent pas. Hier un jeune kosovar m’a même demandé son chemin et quand j’ai dit que je n’étais pas d’ici, il a engagé la discussion sur la France et m’a dit « c’est cool tu ressembles pas à une internationale, on dirait que tu vis ici ». Car c’est aussi un autre aspect de Pristina : la présence écrasante et très visible des internationaux qui traversent la ville en 4*4 et vivent dans des buildings ultra-sécurisés. Il y a même des endroits clairement labellisés pour expat et qu’il faut fuir si on veut espérer nouer des contacts avec les kosovars. Car une fois qu’on est labellisé « international », la confiance est très dure à (re) gagner.

Depuis quelques années il y a une certaine animosité envers l’ONU et l’UE : si le pays est globalement stabilisé (il reste toutefois la question majeure des enclaves serbes au Nord du Kosovo) et a gagné son indépendance, l’économie ne décolle pas. Il semble aussi que les kosovars albanais blâment les internationaux pour être trop conciliants envers Belgrade alors que les Serbes du Kosovo regrettent la partialité de la communauté internationale. En témoigne le fait que de nombreux criminels de guerre de l’UCK aient été amnistiés par le Tribunal Pénal pour l’Ex-Yougoslavie alors que l’UE reproche souvent à la Serbie de ne pas en faire assez pour livrer ses criminels à la justice. Et si l’UE envisage une adhésion prochaine du Kosovo, l’avenir de la Serbie ne semble guère européen pour le moment.

UE

Le bâtiment de la mission EULEX

slogans

Les slogans anti-serbes et anti-internationaux


Côté architecture, autant être honnête, on ne retient pas Pristina pour ses joyaux. Même si le musée et quelques bâtiments sont classés au patrimoine mondial de l’humanité, le reste oscille entre constructions à la soviétique et expérimentations architecturales, comme en témoigne la bibliothèque universitaire de Pristina (qui semble encore plus lugubre quand elle est couverte de corbeaux).

bibliotheque

La bibliothèque de Pristina : il faut la voir pour y croire.

communist style architecture
« Communist-style » architecture

Je terminerai enfin en revenant sur cette histoire de drapeaux abordée dans mon premier billet. Sur tous les bâtiments officiels il y a 5 drapeaux : celui de l’OTAN, de l’UE, de la République du Kosovo, des Etats Unis et de l’Albanie. Il est par contre beaucoup plus rare de trouver le drapeau serbe. Du côté des rues et des quartiers c’est pareil, le nom serbe est accolé au nom albanais sauf quand l’appellation serbe ou albanaise est largement acceptée. Par exemple et de façon assez surprenante c’est l’appellation serbe de Pristina qui est largement admise. Dans certains cas, l’OTAN ou l’ONU ont opté pour des appellations neutres en donnant des noms d’animaux aux endroits. Par exemple on tourne « à la rue du Chat ». Les noms des rues sont tous nouveaux, et c’est parfois plus simple de demander où est un bâtiment plutôt que de donner son adresse.

drapeaux

 

La ronde des drapeaux (jeu qui se prete aussi aux devinettes)

Premiers pas à Pristina

Me voilà arrivée à Pristina, après un voyage d’une journée qui m’a emmené de Lyon à Munich puis de Munich à Pristina. J’ai survolé de nuit l’ensemble des Balkans : les Alpes enneigées, puis les lumières de Ljubjlana, de Sarajevo avant d’entrer à Pristina par le Nord (l’espace aérien de la Macédoine). En survolant Skopje, j’ai cru être arrivée à Pristina, la ville semblait tant étendue que je me suis dit que ce ne pouvait être que la capitale. Première erreur, nous avons atterri dans une plaine sombre avec quelques lumières à l’horizon. Pristina est une capitale certes, mais une petite capitale.

Continuer la lecture de Premiers pas à Pristina

États d’urgence

Ce carnet s’inscrit dans le travail de thèse de l’auteur. Il présentera des analyses et l’état des controverses au sujet des dilemmes et des enjeux de la gestion de crise internationale.

Un paradoxe se trouve à l’origine de la recherche. Depuis quelques années nous assistons à une hausse considérable des acteurs actifs dans la gestion de crise internationale, à l’accroissement de l’ambition de ces opérations (conçues aujourd’hui comme multidimensionnelles) et au développement de politique de plus en plus précises visant à favoriser la coordination des acteurs de l’urgence. Pourtant force est de constater l’échec cuisant des interventions récentes, l’Afghanistan étant à ce sujet un cas d’école.
Comment peut-on expliquer un tel paradoxe ? En quoi les relations inter-organisationnelles peuvent-elles favoriser la réussite de telles opérations ?

Trois axes d’analyse seront développés pour apporter des éléments de réponses à cette question :
– la clarification des mandats dans la gestion des crises
– le développement de mécanismes de coordination limités aux organisations possédant la même culture organisationnelle
– la place de la société civile locale