Numéro de Manières de Voir sur les crises

Deux numéros particulièrement riches sont sortis au sein de la collection « Manières de Voir »  – Le Monde Diplomatique.

Imprenable Afghanistan (numéro 110 – Avril/Mai 2010) retrace l’histoire du pays de « l’éternité en guerre » en croisant les regards de façon inédit  : ceux de soldats de l’armée soviétique déployé dans les années 70,  de chercheurs, mais aussi de diplomates. Une lecture essentielle pour comprendre l’histoire tourmentée de ce pays et sa place au soin du grand jeu!

Ces guerres qu’on dit humanitaires (numéro 120 – Dec 2011/Janvier 2012) propose une analyse très complète des dilemmes posés par le recours à la violence pour défendre des nobles causes. La revue prend le parti de dépasser les débats souvent passionnés sur les guerres justes pour proposer une analyse argumentée des limites et des dangers liés à l’utilisation de la rhétorique humanitaire et du droit d’ingérence pour défendre des objectifs souvent moins louables. 

États d’urgence

Ce carnet s’inscrit dans le travail de thèse de l’auteur. Il présentera des analyses et l’état des controverses au sujet des dilemmes et des enjeux de la gestion de crise internationale.

Un paradoxe se trouve à l’origine de la recherche. Depuis quelques années nous assistons à une hausse considérable des acteurs actifs dans la gestion de crise internationale, à l’accroissement de l’ambition de ces opérations (conçues aujourd’hui comme multidimensionnelles) et au développement de politique de plus en plus précises visant à favoriser la coordination des acteurs de l’urgence. Pourtant force est de constater l’échec cuisant des interventions récentes, l’Afghanistan étant à ce sujet un cas d’école.
Comment peut-on expliquer un tel paradoxe ? En quoi les relations inter-organisationnelles peuvent-elles favoriser la réussite de telles opérations ?

Trois axes d’analyse seront développés pour apporter des éléments de réponses à cette question :
– la clarification des mandats dans la gestion des crises
– le développement de mécanismes de coordination limités aux organisations possédant la même culture organisationnelle
– la place de la société civile locale