La présence internationale au Kosovo

Il y a peu d’endroits en Europe qui peuvent rivaliser avec le Kosovo en termes de présence internationale. Pristina fait office d’annuaire géant des organisations internationales. A chaque coin de rue, surgit un bâtiment officiel arborant les couleurs des Nations-Unies, de l’Union Européenne ou d’ONG diverses.
Cette présence s’explique par l’engagement unique de la communauté internationale au Kosovo après le conflit.

L’intervention internationale au Kosovo repose sur une résolution devenue fameuse ici, la résolution 1244 adoptée par le Conseil de Sécurité adoptée le 10 Juin 1999. Ici on ne parle plus que de la 1244 (« twelvefortyfour » en un mot, à l’anglo-saxonne). Je n’entrerai pas ici dans les détails de l’histoire de cette résolution mais j’évoquerai plutôt son contenu et surtout ces implications pour la présence internationale au Kosovo.
La résolution 1244 est une des raisons principales qui m’a fait choisir le Kosovo comme cas d’étude.

Par cette résolution et pour la première fois dans son histoire, le Conseil de Sécurité donne aux Nations-Unies la responsabilité d’administrer de façon intérimaire un territoire (ce sera également le cas plus tard au Timor Leste). La liste des tâches à accomplir est impressionnante, il s’agit, sous la supervision d’un Représentant Spécial du Secrétaire Général, de préparer littéralement le Kosovo à son indépendance, même si la résolution réaffirme l’intégrité territoriale de la République Fédérale de Yougoslavie (la Serbie aujourd’hui).

L’ONU doit dès lors mettre en œuvre toutes les missions d’administration civile aussi longtemps que nécessaire, accompagner et superviser le développement d’institutions locales, transférer ces compétences aux autorités locales quand elles seront prêtes tout en continuant à superviser leurs actions, faciliter la négociation d’accords sur le statut final du Kosovo, œuvrer à la reconstruction économique et des infrastructures, accompagner la distribution de l’aide humanitaire, garantir le respect des droits de l’Homme, favoriser le développement de l’Etat de Droit, et garantir le retour des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur du pays.

A cette présence civile, est assortie la présence d’une force de sécurité, assurée par la KFOR mais aussi d’autres pays contributeurs (tels que, par exemple, le Maroc) et chargée de garantir un niveau de sécurité et de stabilité nécessaire pour permettre à la communauté internationale de mettre en œuvre son mandat.

La coordination de la présence internationale est confiée à un Représentant Spécial du Secrétaire Général (RSSG, plus connu sous l’acronyme anglais SRSG) qui se doit de fournir des rapports réguliers sur l’avancement de la mission au Secrétaire Général. Dans son premier rapport, le SRSG propose des modalités d’organisation de la mission, qui sera appelée Mission Intérimaire d’administration des Nations Unies au Kosovo (MINUK). Même sans en porter formellement le nom, il s’agira de la première mission intégrée des Nations-Unies et celle-ci marquera durablement l’histoire du Kosovo et de l’organisation elle-même.

Le SRSG envisage une structure en piliers, le but étant de garantir un maximum de cohérence entre le travail des différentes organisations. Sur le papier, bien sûr, tout paraît parfaitement fonctionnel. La réalité est bien plus hasardeuse, j’y reviendrai. Quatre piliers sont mis en place avec à leur tête une organisation en charge d’assurer la coordination des missions relevant de son pilier. Le premier pilier concerne l’administration civile intérimaire menée et coordonnée par les Nations-Unies. Concrètement cela a conduit à ce que des personnels des Nations Unies soient maires de certaines municipalités aux côtés de personnalités des communautés serbes et albanaises. Ce pilier est souvent apparu comme le plus simple à gérer au moins début car « Les UN parlent au UN ». Un second pilier est coordonné par le UNHCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) et veille à la coordination des efforts humanitaires. De l’avis des personnes que j’ai rencontrées, il s’agissait sans doute de la mission la plus difficile, étant donné le nombre massif d’ONG présents et le caractère complètement désorganisé de leurs actions sur le territoire à la sortie de la guerre et dès lors la moins effective. Le Bureau des Nations Unies pour la Coordination de l’Aide Humanitaire (OCHA) créé en 1991, est resté peu de temps au Kosovo mais le mandat de coordinateur a été confié au UNHCR, ce qui, pour beaucoup d’acteurs ici, reste un mystère. Le pilier trois, construction des institutions est confié à l’Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE). Aujourd’hui et malgré une politique de réduction de la mission, l’OSCE est l’organisation disposant de la plus forte présence sur le terrain avec des bureaux décentralisés dans plusieurs municipalités. Selon de récents sondages c’est aussi l’organisation préférée des kosovars aux côtés de KFOR. Enfin le pilier quatre, développement économique et reconstruction est confié à l’Union Européenne. Chacun des dirigeants de ces piliers reçoit le titre d’adjoint du SRSG.

Dès le début KFOR est en dehors de la structure en pilier, en raison de sa mission spécifique mais sans doute aussi d’une volonté de ne pas mélanger activités civiles et activités militaires, un des enjeux fort de la coopération inter-organisationnelle.
Les organisations présidant les quatre piliers ainsi que KFOR se rencontrent chaque lundi pour coordonner leur action sous la présidence du SRSG. On parle d’Excom Meetings. Cette belle structure ne laisse que peu de place à un acteur majeur du futur du Kosovo, le peuple kosovar lui-même dans sa diversité.

Pourtant c’est ce même peuple qui va se rappeler à la MINUK en 2008, déclarant son indépendance le 17 Février et par là-même, faisant voler en éclat la structure de la mission.

Peć/Peja, ville martyr

 

La ville de Peć/Peja dans la Nord Ouest du Kosovo est la seconde plus grande ville du Kosovo en termes de population (après Pristina). C’est aussi une ville martyr où partout transpire un passé qui a du mal à passer.

Ce fut une dernière ville évacuée par l’armée serbe en 199. Avant leur départ, les soldats et policier serbes ont incendié la vieille mosquée du centre ville et la Bazar. Pourtant peu d’Albanais résidaient encore dans cette ville d’où ils avaient été chassés. La grande majorité d’entre eux ont rejoint le Monténégro voisin en franchissant plus de 30kms de routes de haute montagne (certains sommets de la frontière Kosovo-monténégrine sont supérieurs à 2500 mètres).
La politique d’expulsion massive des Albanais de Peć/Peja s’explique par sa proximité avec les zones contrôlées par l’UCK et sans doute également hautement symbolique par la présence du Patriarcat de l’Eglise orthodoxe Serbe voisin de la cité*. La ville est hautement stratégique, il s’agit du point d’entrée dans la vallée très fertile de Rugova formant la plaine de Metohija (rebaptisée Dukagjin par les Albanais). Dès lors pendant la guerre de 1998, les serbes ont occupé la ville et coupé tous les points d’accès entre cette dernière et Pristina.

Les montagnes de la vallée de Rugova

D’après le dernier recensement de 1991, la ville comptait environ 14 775 Serbes et Monténégrins pour une population de 12700 habitants. Après les guerres balkaniques de 1912-1913 la ville fut brièvement rattachée au Monténégro.
En 1981, la population serbo-monténégrine de Peć/Peja connait un premier traumatisme. Le matin du 16 Mars, le feu prend dans la patriarchie, véritable Vatican pour les orthodoxes. 30 religieuses, 3 moines et quelques hôtes périrent dans les flammes. Le feu a pris dans trois endroits différents des mansardes. Les autorités communistes albanaises ont alors parlé d’un banal accident alors que la communauté serbe fut convaincue d’avoir subi une attaque terroriste. On est encore une fois en présence d’un double récit mais le traumatisme est à la hauteur de l’attachement des serbes au patriarcat. En 1998, de véritables milices se relayaient pour protéger le bâtiment.

 


La patriarchie de Peć/Peja protégé par son haut mur (les photos sont interdites à l’intérieur)


Le retrait des forces serbes a laissé la population serbo-monténégrine dans le désarroi le plus total. Nombreux sont ceux qui se sont exilés au Monténégro. De nombreux serbes restèrent la ville qui sombra dans le chaos absolu. Certes les civils albanais n’étaient pas encore revenus, mais le commandement italien de la KFOR non plus. Restaient donc seuls les militants de l’UCK qui pratiquèrent sous les yeux des sœurs présentes non loin de la ville pillages et exécutions sommaires.
Dans son ouvrage Jean-Arnault Dérens raconte les tentatives de résistance des serbes, souvent âgés alors que Belgrade donnait des ordres d’évacuation. Ils firent le choix de se regrouper un monastère mettant en péril la patriarchie et leur propre vie. Dérens s’est retrouvé à négocier pour qu’un blindé italien se positionne devant le patriarcat, mais les soldats n’avaient pas d’interprète serbe et ne parvenaient pas à comprendre l’importance de ce monument pour les communautés orthodoxes. Aujourd’hui le monument accessible au public est en permanence gardé par les troupes de la KFOR.

 
Le check-point de la KFOR à l’entrée du monastère


Beaucoup de Serbes et d’Albanais regrettent le bon vieux temps des relations entre voisins, essentielles dans les Balkans. On emploi à ce propos le terme de komsiluk turc. Mais il difficle dede savoir si ce temps-là a existé. Les histoires sont parallèles : « Les Serbes nous haïssent et veulent nous exterminer », « Les Albanais sont méprisants et cherchent à nous chasser ». Mais comment démêler qui chasse qui ? Les relations albano-serbes ne sont qu’un enchaînement d’actes maveillants appelant revanche. Et aujourd’hui la méfiance et l’hostilité prévalent, sans doute pour longtemps.

Quand on vient à Peć/Peja aujourd’hui, il est frappant de constater l’absence des Serbes. Les rues ont toutes été rebaptisées, les bâtiments repris et reconstruits comme une revanche sur le passé.

L’Hotel Dukagjin avec sa vue panoramique sur les montagnes autrefois construit par les Serbes, aujourd’hui lieu tendance de rencontres entre Albanais.

On se croit en Turquie dans cette ville accueillante et bouillonante et il est facile d’imanginer la vie du Bazar d’autrefois même si les bâtiments noircis témoignent des ravages de l’armée serbe et désormais la marchandise turque et chinoise remplace l’artisanat albanais. Cette ville compte sans doute, à côte du monastère, les plus belles mosquées du Kosovo. C’est aussi ici qu’a été ouverte la première école albanaise.

La mosquée Bajrakli au centre du bazar reconstruite après l’incendie de 1999 avec l’appui de l’ONG SOS.

 

La première école en langue albanaise

Les forces italiennes de la KFOR ont contribué à italianiser la cuisine. Les maisons ancestrales de l‘Empire Ottoman sont préservées et témoigne de l’influence de l’occupation turque dans cette région.

Et toujours ce paradoxe : une population accueillante, riche d’une histoire faite de mélanges, de rencontres et d’influence diverses, résolument ouverte sur l’extérieur mais qui se refuse à toutes relations avec ses voisins serbes…

*Pour retrouver des informations sur l’histoire de Peć/Peja et le témoignage de Jean-Arnault Dérens, se reporter au Piège du Kosovo, Non Lieu, 2006.

Le Kosovo et l’Islam

Les kosovars albanais sont dans leur immense majorité musulmans. On trouve de très anciennes et de magnifiques mosquées au Kosovo, datant de l’Empire Ottoman. Mais l’Islam de cette partie des Balkans est un Islam qui plaît aux occidentaux et tord le coup aux stéréotypes et préjugés véhiculés sur cette religion.

 
L’islamisation des populations du Kosovo a été un phénomène assez tardif comparée à ce qui a pu se produire en Bosnie-Herzégovine*. L’Islam s’est d’abord ancré dans les villes et a eu du mal à s’implanter dans les zones rurales. Dans les régions montagneuses notamment, les catholiques sont toujours majoritaires.

 
Le mouvement d’expansion de l’Islam débute avec de grandes villes, souvent lieux du pouvoir ottoman et lieu d’ouverture sur le monde extérieur (Prizren, Peč/Peja,…) mais l’identité est encore floue car très mixte. Les populations de ces régions se sentent souvent plus turques qu’albanaises. L’Empire ottoman était en outre très tolérant envers les autres religions et les minorités jouissaient de la protection impériale.

 
C’est un ordre de derviches qui mena la campagne missionnaire de conversion du Kosovo. Ces ordres se situent plus dans la tradition d’un Islam chi’ite mais pratiquant la « retenue », ils n’exprimaient pas leur appartenance religieuse en public. Les premiers « couvents » derviches se développent seulement au XIXème. Ils se sont surtout implantés dans les zones de forts conflits soit liés à la vendetta (une institution chez les Albanais), soit à la propriété car les cheikhs derviches faisaient souvent office de médiateurs.
Pendant la période socialiste, les derviches furent considérés avec une grande suspicion. La presse serbe mena notamment des campagnes de dénigrement peignant les derviches comme instigateurs de rituels barbares –les prières sont souvent impressionnantes et débouchent sur des phénomènes de transe – et les présentant comme des intégristes. Pourtant, les derviches sont naturellement hostiles à toutes les formes de fondamentalisme dans la mesure où leur foi a été souvent qualifiée d’hérétique et combattue par les courant salafiste et wahhabite.

 
Au sein des Balkans les relations entre l’Islam du monde albanais, populaire et syncrétique s’est souvent opposé à l’Islam des oulémas, des doctes et des savants de la Bosnie-Herzégovine. Les derviches défendent souvent une tradition nationale et authentique par opposition à l’Islam officiel perçu comme compromis par le pouvoir.
Ces particularités peuvent expliquer qu’au Kosovo prévale un Islam discret. On est parfois surpris d’entendre l’appel à la prière tant on ne semble pas se trouver dans une terre d’Islam conforme à notre imaginaire. Les kosovar-e-s albanais-es mettent souvent plus en avant leur appartenance nationale que religieuse. Aucune femme ne porte le voile, à part quelques dames âgées. La raki sorte de vodka doté d’un fort goût d’alcool à 90° est omniprésente dans les restaurants. Et sur le plan des mœurs, les kosovar-e-s en viennent souvent à vous parler de leur vie intime, de leur mari/femme mais aussi de leur-e amant-e. La chose la plus surprenante est sans doute la banalisation de l’adultère. Les kosovar-e-s n’ont aucun problème à aborder le sujet. Chaque hôtel propose deux options : une chambre pour la nuit, ou pour « se reposer » (3 heures). Là où je vis toutes les chambres du rez-de-chaussée sont destinées au « repos ».

 

 

Une illustration de la passion des kosovares pour la mode

Toutefois ces dernières années, l’influence des Etats du Golfe, mais aussi de l’Iran se fait de plus en plus forte au Kosovo. L’entrée se fait souvent via des associations caritatives, certaines expulsées par les Etats-Unis car soupçonnées de promouvoir le djihad. On croise, certes rarement, des femmes vêtues du voile intégral et des barbus. Ce phénomène fait rire les kosovar-e-s autant qu’il inquiète les internationaux. La présence de ces personnes fait l’objet de boutades : « tiens donc, peut –être que les chameaux seront plus à l’heure que les bus ». Ou « le jour où t’arrivera à visser un voile sur la tête d’une albanaise, je me coupe les deux mains ». Il n’en demeure pas moins que de plus en plus de jeunes kosovar-e-s mettent en avant leur pratique religieuse ce qui était impensable auparavant. La présence internationale accueillie comme salvatrice, passe de plus en plus pour une puissance occupante. Le sous-développement est patent, le gouvernement corrompu. Les perspectives d’avenir pour les jeunes kosovar-e-s sont minces. Tous les ingrédients semblent là pour l’installation durable de groupes radicaux.

 

*Pour plus d’informations sur cette question se reporter a Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Non Lieu, 2006 dont cette analyse est tirée.

Is it your first time in Kosovo?

Le premier contact avec un autochtone (qu’il s’agisse du chauffeur de taxi, d’une personne croisée dans la rue ou d’un serveur) se déroule presque toujours de la même façon. Cela commence par une longue phrase en albanais à laquelle vous tentez de répondre en mobilisant l’intégralité de votre guide de conversation Assimil’ pour montrer qu’on vous ne l’a fait pas à vous.  Le résultat est en général un magma informe constitué de « Bonjour. J’ai faim et j’ai soif s’il vous plaît. Je ne suis pas d’accord. Merci beaucoup. Au revoir ». Votre interlocuteur accuse le coup et se rend en général rapidement compte qu’il faudra plutôt compter sur l’anglais pour tenir une conversation sensée.

Tout débute par la même question fatidique : « Is it your first time in Kosovo ? ». On trouve aussi des déclinaisons : « Have you ever been to Kosovo before ? » « Have you ever lived in Prisitina ? ». Bien évidemment c’est non. Votre interlocuteur va donc consacrer les trente minutes qui vont suivre à vous raconter l’histoire du Kosovo. L’important c’est de vous tenir au courant de tout, avant qu’un Serbe ou qu’un Albanais vous lave le cerveau ».

Si c’est un kosovar albanais vous aurez le droit à « Let me tell you that we have a long history of suffering », qui marquera le début  d’un exposé sur les origines illyriennes du peuple albanais, les souffrances endurées à cause des Serbes mais aussi la grande gloire de ce peuple a qui on a toujours refusé l’unification sous le projet de « Grande Albanie ».

Si vous rencontrez un Serbe (et là c’est plus rare, il faut soit être dans les zones majoritairement serbes, soit avoir rencontré l’un des rares Serbes vivant encore à Pristina), il y a de fortes chances qu’il commence par vous demander d’où vous venez. Globalement, si vous venez d’un Etat qui a participé à l’opération de l’OTAN et reconnu l’indépendance du Kosovo, la discussion commencera par des reproches. Si de nombreux serbes aurait accepté que l’OTAN les aide à se débarrasser de Milošević, les crimes de guerre et l’impact des bombardements de l’OTAN sur les civils serbes ne passent pas.  Puis votre interlocuteur lui aussi se lancera dans un exposé sur le droit légitime et sacré des Serbes sur le territoire kosovar.

On comprend vite qu’ici on est soit pro-serbe, soit pro-albanais. Il n’y a pas de neutralité possible, pas de juste milieu. Il faut donc s’adapter à son interlocuteur. Pour ma part j’ai opté pour une attitude un peu naïve consistant à poser des questions mais à ne jamais soutenir l’un ou l’autre des revendications politiques exprimées. La communauté internationale a trop pêché par sa partialité au Kosovo…