Les Balkans suspendus à la crise en Crimée

Plus que dans toute autre région du monde, les récents événements en Crimée ont eu un retentissement considérable dans la péninsule balkanique. A l’heure où le Kosovo se dote d’une armée nationale et où un nouveau gouvernement conservateur et pro-européen se forme en Serbie, quelles nouvelles perspectives la crise ukrainienne ouvre-t-elle pour le Kosovo?

 

Les limites du parallèle entre la Crimée et le Kosovo

 

Vladimir Poutine a été le premier à faire le parallèle. L’annexion en Crimée serait rendue possible par l’existence d’un précédent kosovar. L’argument est simple : si la Cour de Justice Internationale a reconnu que la déclaration d’indépendance par l’Assemblée du Kosovo ne violait pas le droit international; alors la décision ne saurait être différente pour l’annexion de la Crimée. Nombre de commentateurs en Europe et en Amérique du Nord, mettent en doute la validité de ce parallèle, avec des arguments mêlant ignorance et mauvaise foi. Un bref rappel des faits s’impose.

L’intervention de l’OTAN au Kosovo en 1999 figure parmi l’une des plus controversées de l’après guerre-froide. D’abord parce qu’elle ne dispose pas d’un mandat du Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Ensuite, parce qu’elle a fait l’objet d’une vaste opération de propagande de la part de la presse américaine comme européenne renonçant à toute objectivité dans la couverture du conflit. Enfin, la plupart des commentateurs s’accordent pour dire que l’intervention aérienne de l’OTAN a eu pour effet direct d’intensifier le conflit sur le terrain. L’issue de l’intervention de l’OTAN est désormais connue : la résolution 1244 du Conseil des Sécurité met en place la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo chargée d’administrer le territoire. La résolution réaffirme d’ailleurs la souveraineté et l’intégrité territoriale de ce qui est alors qualifiée de République fédérale de Yougoslavie. Sur le papier donc, les Nations-Unies doivent concilier velléités indépendantistes de la majorité albanaise du Kosovo et respect de l’intégrité territoriale de la Serbie, auquel est formellement rattaché le Kosovo. Sous la pression de la majorité albanaise, la mission des Nations-Unies va progressivement ouvrir la voie à l’indépendance du Kosovo. C’est donc sans surprise que le 17 février 2008, l’Assemblée du Kosovo vote en faveur de l’indépendance du pays, les 11 représentants de la minorité serbe boycottant le scrutin. A l’heure actuelle, le Kosovo est placé dans une situation kafkaïenne : les minorités serbes des enclaves et du Nord du territoire ne reconnaissent pas les institutions de Pristina; le Kosovo est reconnu par 106 des 193 États de l’ONU alors que le petit territoire se caractérise par une présence massive des institutions internationales. La mission de l’ONU sur place doit composer avec le mépris du gouvernement de Pristina et l’UE a fait du règlement de la question kosovare son principale cheval de bataille, usant et abusant de la carotte de l’intégration.

Les situations en Crimée et au Kosovo ne sauraient donc être comparés tant les circonstances historiques et politiques des deux crises différent, ce que tant la rhétorique pro-russe que pro-ukrainienne cherchent à faire oublier. Il n’en demeure pas moins que les événements en Crimée ravivent les craintes dans les Balkans, d’autant plus qu’ils s’opèrent dans un contexte où les relations entre le Kosovo albanais, les minorités kosovares serbes et la Serbie connaissent un nouveau tournant.

 

L’armée: dernière pièce de la souveraineté kosovare?

 

Le 4 Mars 214, dans la plus parfaite indifférence médiatique, le gouvernement du Kosovo a annoncé la création d’une armée nationale constituée de 5000 soldats et de 3000 réservistes. Le dossier, depuis longtemps a toujours été traité avec la plus forte réticence. Depuis 2009, un embryon d’armée existe au Kosovo, composée de 2500 soldats dotés d’un mandat de protection civile. Le maintien de la sécurité dans le territoire repose sur un système à trois niveaux : la police kosovare assurant le premier niveau de réponse se voit relayée par la mission de l’Union Européenne sur place, EULEX, si elle n’arrive pas à juguler la situation. Si les événements dégénèrent, c’est la KFOR, force de l’OTAN et de ses alliés, disposant d’une force de 5000 hommes sur place, qui intervient. Quand on connaît le niveau déjà faible d’acceptation de la police kosovare par les minorités serbes, on comprend que la création d’une armée kosovare composée en grande majorité de criminels de guerre de l’ex-armée de libération du Kosovo (UÇK) soit source de craintes pour les serbes kosovars. Et ce, dans un contexte où les kosovars albanais refusent de voir leur « héros de guerre » déférés devant les instances judiciaires internationales.

Le gouvernement russe nerveux face à la nouvelle donne politique serbe

Autres événement crucial pour la région : les élections législatives anticipées en Serbie du 16 mars – auxquels ont pris part les serbes du Kosovo – ont consacré la victoire écrasante et sans surprise du parti progressiste d’Alexander Vučić. Ancien ultra-nationaliste, ex-ministre de la communication de Slobodan Milošević rallié à un discours « conservateur et pro-européen », Aleksandar Vučić a bâti sa popularité sur sa volonté affichée de lutter contre la corruption et sur un programme économique ultra-libéral. Aucun homme politique serbe n’a jamais joui d’une telle confiance depuis Slobodan Milošević au début des années 1990. Il y a fort à parier que sous son mandat, la scission se prononce un peu plus entre les serbes de Serbie et ceux du Kosovo, qui vivent de plus en plus avec le sentiment d’être sacrifiés à la table des négociations avec l’Union Européenne. Bruxelles apprécie d’aIlleurs la flexibilité de Vučić sur ce dossier, ce dernier misant sur les divisions européennes pour se montrer convaincu que la Serbie ne sera jamais contrainte à la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo.

Pour son premier voyage en tant que premier ministre, Vučić s’est rendu en catimini à Moscou le 20 mars, visite trahissant une certaine nervosité de l’oncle russe quant au discours pro-européen de Vučić. La Serbie est depuis longtemps considérée comme un bastion stratégique par Moscou. Elle s’est d’ailleurs abstenue de tout commentaire sur la crise en Crimée. En outre, les perspectives d’adhésion de la Serbie à l’UE paraissent sinon lointaines du moins irréalistes alors que le soutien financier de la Russie est lui bien réel. Dans ce contexte, il ne serait pas surprenant que Moscou réaffirme avec vigueur son attachement à un Kosovo serbe puisque le programme économique de Vučić, en bon élève du Fonds Monétaire International, devrait le conduire à de sérieuses coupes budgétaires. Or maintenir les parties serbes du Kosovo sous perfusion coûte cher à la Serbie qui doit faire face à de nombreux défis sur le plan économique. La crise ukrainienne risque donc de contraindre la Serbie à choisir sur quel pied danser et, surtout, qui donne la mesure.

Valse organisationnelle au chevet de l’Ukraine

Depuis la réaction musclée de Moscou au changement de pouvoir en Ukraine, les scenarii d’intervention n’ont cessé de se multiplier. Qui de l’ONU, de l’UE ou de l’OTAN sera le premier à réagir? Et si l’Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe (OSCE), cette grande inconnue, s’imposait comme la grande gagnante de ce jeu de pronostic…

Quand l’OTAN fait dans la mesure…

Si l’OTAN a été une des premières à se faire entendre, elle l’a faite avec une mesure inhabituelle pour une organisation qui est maintes fois intervenue hors des dispositions prévues par le Traité de l’Atlantique Nord.

En effet, l’OTAN en tant qu’alliance militaire est compétente pour intervenir en cas d’agression d’un de ses membres. Ce sont les fameuses dispositions de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord qui disposent que « les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles […] sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties ». Cet article n’a été invoqué qu’une seule fois, au lendemain des attaques terroristes du 11 Septembre. Son activation donne lieu à une réponse collective des membres de l’alliance au bénéfice du membre attaqué. L’article 4 quant à lui, prévoit des modalités de consultation « chaque fois que, de l’avis de l’une d’elles, l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’une des parties sera menacée ».

Continuer la lecture de Valse organisationnelle au chevet de l’Ukraine

Les Jeux Politiques de Sochi

La présence de Ban Ki Moon à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques à Sochi a eu de quoi suprendre. Alors que plusieurs chefs d’Etats ont décliné l’invitation pour marquer leur désapprobation à l’égard de la politique discriminatoire menée par Moscou à l’égard des personnes homosexuelles, pourquoi le Secrétaire Général de l’ONU fait-il le déplacement ? L’organisation globale cède-t-elle une fois de plus sous le poids de la géopolitique ? Certains commentateurs ne manquent pas de rappeler l’attrait de Ban Ki Moon pour les Jeux. A Londres déjà, le secrétaire général de l’ONU s’était déjà prêté au jeu du port de la torche olympique et avait assisté à la cérémonie d’ouverture. Il demeure que son intervention lors des Jeux de 2014 est une première, d’autant plus frappante que l’image du CIO est quelque peu ternie par un fonctionnement, une histoire et des prises de positions peu en accord avec les valeurs onusiennes. Et c’est qui explique sans doute le funambulisme rhétorique du secrétaire général.

Continuer la lecture de Les Jeux Politiques de Sochi

Peur sur la ville : les médias, le terrorisme et le djihad global

Du 21 au 24 septembre, alors qu’un centre commercial luxueux de Nairobi est l’objet d’une prise d’otage, les grands médias français1choisissent, une fois de plus de donner dans le sensationnel. Entre appel à la peur, images voyeuses, et analyses tantôt tâtonnantes, tantôt farfelues, la Corne de l’Afrique est pour, quelques jours seulement, de retour sur le devant de la scène médiatique.

21 septembre,premier acte, Laurent Delahousse nous prévient : « certaines images sont difficiles ». Claire Chazal préfère parler d’emblée d’une « tuerie ». L’attaque dure depuis quelques heures et le bilan est déjà « très lourd ». Des images de personnes affolées se succèdent courant « pour sauver leur vie », « les blessés se comptent par dizaines », on trouve « plusieurs cadavres par terre ». Qu’importe si l’on ignore tout du « commando armé », de « leur nationalité, leur motivation », le correspondant de TF1 lui est formel : c’est « une méthode, une méthode à la Al Shebab, avec des armes… et une méthode qui… qui est celle de, de ces gens-là ».

22 septembre, deuxième acte, plus dramatique encore :France 2 titre sur le « carnage de Nairobi », un véritable « bain de sang » aux images, encore une fois, « très difficiles ». Les journaux télévisés passent en boucle les images de personnes « abattues », victimes d’un commando qui « sème la panique et la mort ».Puis l’antenne est laissée aux témoins. On y parle de « scènes d’horreur », d’ « exécutions sommaires », comme cet homme qui affirme avoir vu « des dizaines, je dis bien des dizaines de corps déchiquetés un peu partout ».

L’attaque est d’autant plus abominable qu’elle est, de l’avis de plusieurs témoins, « très surprenante ». Peu importe que, depuis plusieurs mois, les centres commerciaux kényans soient considérés comme une cible prioritaire pour des attaques terroristes par les chancelleries du monde entier.

23 septembre, troisième acte : entrée en scène de la presse écrite, un brin plus lente, qui titre : « Horreur à Nairobi » (Libération), « Massacre islamiste au Kenya » (Le Monde) ou « l’interminable assaut contre les islamistes somaliens » (Le Figaro). Les télévisions qui couvrent l’information depuis déjà deux jours s’efforcent de ne pas lasser l’audience à une heure de grande écoute, d’autant plus que de l’avis du correspondant de TF1 « c’est très compliqué d’avoir des informations sur ce qu’il se passe ». Alors comme on fait avec les viandes passées, on pimente à outrance. Qu’à cela ne tienne, on ressort les images des jours derniers et on les agrémente de commentaires évocateurs. Ainsi la police doit enjamber «  des cadavres criblés de balles », France 2 parle de « scènes de guerre », de personnes « exécutées froidement » et d’assaillants qui n’hésitent pas àcribler de balles la porte des toilettes ».

24 septembre, dernier acte : c’est le « dénouement », un soulagement pour « toute une population horrifiée par ces images de terreur ».Un coupable est démasquée : « une femme occidentale qu’on appelle la veuve blanche »… « Elle a les yeux verts de son Irlande du Nord natale » mais s’est engagée dans « une croisade djihadiste ». Pour mieux retracer son histoire, une animation la fait passer en moins de dix secondes du jean-baskets au niqab noir. Pour faire durer le plaisir, le 25 septembre, France 2 en guise d’épilogue, peindra le portrait des héros dans le carnage, risquant leur vie pour sauver celles des autres.

Quand il s’agit de terrorisme, les médias français sont passés maîtres dans l’art du carpaccio. De même que, sur un menu, une tomate tranchée devient un carpaccio de tomates, les médias rehaussent à coups de techniques de scénarisation hollywoodienne, une information médiocre. Et c’est réussi. Le public, lui, n’a sans doute pas saisi les tenants et les aboutissants de la prise d’otage de Nairobi, et n’a eu droit à aucune analyse critique. Mais il a tremblé trois jours durant.

Car c’est bien là que le bât blesse : les informations sont floues, partielles. Qu’elles le reconnaissent ou non, les rédactions des médias français sont bien en peine d’expliquer en cinq minutes ou 600 mots les ressorts d’une crise somalienne qui n’intéresse plus vraiment personne.

Alors quitte à risquer l’amalgame, on pare l’analyse des oripeaux et du vernis de la science politique. Ainsi le concept « d’arc terroriste » ou « d’arc de crise djihadiste » est consacré en quelques jours. Michel Scott, sur TF1, en propose la description suivante, carte à l’appui : « D’ailleurs quand vous voyez l’arc terroriste, ce qu’on appelle l’arc terroriste qui traverse le continent et qui va de l’Atlantique jusqu’au Yémen eh bien le Kenya représente la zone limitrophe qui comporte le plus d’intérêts occidentaux aussi proche de cette zone de non-droit ». France 2 reprendra le même concept, se posant même la question de l’existence d’une « Internationale terroriste » alors que Libération titrera sur « l’arc de crise jihadiste », détaillant : « les terroristes sont actifs de Nouakchott jusqu’à Mogadiscio ».

La clef d’explication du drame est toute trouvée, elle parait logique. Il faut dire que le concept est séduisant, car arc djihadiste est une notion « puits » : elle semble parlante, tout en donnant à l’argumentaire un air calé et profond… mais elle est creuse. Le concept ne repose sur aucune étude scientifique (qui est-ce « on » qui l’a forgé ?), seulement sur des amalgames douteux. En effet si, les groupes actifs le long de cet arc ont des modes opératoires similaires et revendiquent tous leur allégeance à Al Qaeda, les agendas politiques d’AQMI, du Mujao, de Boko Haram et des Shebab, censés formés cet « arc djihadiste » sont radicalement différents et se comprennent avant tout dans leur dimension locale. Bien que les médias ne retiennent que la dimension internationaliste liée à Al Qaeda, la plus importante partie du mouvement Shebab est ancrée dans un agenda intérieur lié au nationalisme somalien. Comme l’explique Roland Marchal, la mouvance salafiste d’Al-I’tissam a fusionné en 2004 avec celle issue du recrutement de jeunes instruits par les tribunaux islamiques. Cette entité , d’abord groupusculaire, a été considérablement renforcé par la politique anti-terroriste des Etats-Unis et des Européens. De plus, la dimension internationale du recrutement des Shebab est liée avant tout à la présence forte de la diaspora somalienne dans le mouvement.

Dès lors, mettre sur un même niveau l’attentat sur l’ambassade étasunienne à Nairobi (1998), les attentats de Bombay (2008), et la prise d’otage sur le complexe gazier d’In Amenas (2013) n’a aucune valeur explicative, sauf à persuader le public qu’il est face à un choc de civilisations, au devant d’une menace djihadiste globale susceptible de frapper partout même sur le lieux de ses vacances…. Un expatrié français, interviewé sur TF1, fait même le parallèle entre cet événement et la fusillade de la rue des Rosiers à Paris en 1982 lors de laquelle un restaurant juif fut pris pour cible. Logique une fois encore, puisque les médias vont rapidement annoncer la présence d’un commando spécial israélien agissant aux côtés de l’armée kényane.

L’avantage de tels amalgames est qu’ils évitent de s’interroger sur les ressorts du conflit somalien et sur l’implication du Kenya, et plus largement de l’ONU et de l’Union Européenne dans le conflit. Les revendications des Shebab, ces « islamistes somaliens qui portent la guerre sainte au Kenya » seraient de l’ordre de la vengeance contre un pouvoir kenyan soutenant militairement un gouvernement somalien tentant de rétablir un semblant de stabilité. D’ailleurs, la Somalie est caractérisée par le « chaos », et les images de TF1 montrent « des bâtiments criblés de balles », l’ « épave d’un avion en plein centre ville, une capitale ravagée par vingt ans de guerre ».

Or depuis juin 2013 et la création de la nouvelle mission intégrée des Nations-Unies, l’UNSOM, visant à soutenir les institutions du gouvernement somalien, des voix n’ont cessé d’alerter les Nations-Unies et l’Union Européenne sur les dangers de son optimisme béat2. La prise d’otages de Nairobi semble démontrer que les Shebab, bien que rejetés par la majorité de la population ne sont pas si moribonds qu’espéré. L’action des Nations Unies et de l’Union Européenne, pilotée à distance depuis Nairobi, est mal perçue par les populations locales qui peinent à percevoir les bénéfices de vingt années d’assistance. Le nouveau gouvernement est quant à lui exclusivement identifié à Mogadiscio, dans un pays où le Somaliland et le Puntland au Nord, jouissent d’une autonomie considérable, imités par le Djubaland au Sud. Dès lors l’agenda des Nations Unies et de l’UE uniquement centré sur le Sud et le centre de la Somalie et sur les zones « libérées » des Shebab risque d’accroître les tensions inter-claniques, principal facteur d’explication du conflit somalien. L’implication de la diaspora somalienne dans le conflit joue un rôle majeur bien qu’occulté par les médias internationaux, et ce d’autant plus que la banque Barclays vient d’annoncer la clôture prochaine de ses comptes de transferts de fonds depuis le Royaume-Uni vers la Somalie. Enfin, imposer une analyse du conflit en termes de « djihad international » accroît les risques de représailles sur les populations musulmanes d’Afrique de l’Est, et sur les réfugiés somaliens présents en grand nombre au Kenya et qui paient déjà un lourd tribut à ce conflit3.

1L’analyse du traitement médiatique de la crise mobilise les journaux et médias télévisés à la plus forte audience : les journaux télévisés de 20 heures de France 2 et de TF1 et les manchettes du Monde, de Libération et du Figaro. Si l’intégralité des Journaux Télés a été analysée, l’analyse des journaux s’est limitée aux manchettes qui participent à créer un certain nombre d’effets autour d’une information.

2 Ainsi, très peu de médias ont relayé la décision de l’ONG Médecins Sans Frontières de fermer la totalité de ses programmes en Somalie, faute de disposer de conditions satisfaisantes pour l’exercice de son mandat.

3 Human Rights Watch, Kenya : des réfugiés victimes d’exaction de la part de la police à Nairobi, 29 mai 2013, http://www.hrw.org/fr/news/2013/05/29/kenya-des-refugies-victimes-d-exactions-de-la-part-de-la-police-nairobi