Le Kosovo dans le Monopoly balkanique et mondial

La révolution « Jeune Turque » qui chassa le sultan au pouvoir fut d’abord saluée par les Albanais mais rien ne s’arrangea véritablement*. L’insurrection prit beaucoup de poids en 1912 avec le soulèvement de toutes les terres albanaises menées par Ismaïl Qemal. Les albanais furent soutenus dans leur lutte par tous leurs voisins (Serbie, Monténégro, Grèce, Bulgarie). En novembre 1912, Ismaïl Qemal proclame la « République d’Albanie ». Au printemps 1913, la Macédoine était occupée alors que Serbes et Monténégrins se partagèrent le Kosovo. En juillet 1913, la conférence de Londres reconnait un Etat albanais mais cantonné dans ses frontières actuelles. Il n’y aura donc pas de Grande Albanie.

 
La Bulgarie fait toutefois volte-face et attaque ses alliés ce qui délenche la Seconde guerre balkanique pour reprendre le contrôle de la Macédoine. Elle échoue : la Macédoine est partagée entre la Serbie, le Monténégro et la Bulgarie. Le Kosovo entre la Serbie et le Monténégro. Mais aucune puissance ne peut y établir son contrôle avant que la première guerre mondiale n’éclate.

 
Le Kosovo fut envahi par les Autrichiens, ennemis des Serbes, en 1915. Le Kosovo, terre de désolation marque les esprits serbes et internationaux. Les colonnes serbes y remontent harcelées par les détachements irréguliers albanais. La Serbie fut ravagée par le typhus. Les Serbes résistèrent de façon héroïque se valant le soutien de la France et des Anglais. Le règlement de la guerre fut favorable aux Serbes, bien que vaincus car occupés par l’Autriche-Hongrie. La France fit pression pour qu’un Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes soit créé. Ce royaume prit possession du Kosovo, suscitant une vive contestation albanaise. Les chefs historiques du mouvement albanais fuirent en Albanie pour former le « Comité Kosovo ». Il servait surtout à soutenir les bastions serbes au Kosovo victimes des représailles de l’armée serbe. La situation en Albanie était confuse, les membres du Comité Kosovo y occupant des places de choix.
Dans l’entre-deux-guerres, le Royaume Serbe va développer une politique de colonisation du Kosovo, accompagnée de pressions pour inciter les Albanais à quitter la région afin de renverser la tendance amorcée par l’exode des Serbes pendant la guerre. Une politique de colonisation agricole fut également mise en place. La politique fut généreuse et donnait de nombreux avantages aux colons (gratuité de la terre) mais connut un succès limité : 60 000 serbes s’installèrent au Kosovo. Belgrade s’engagea également à payer l’installation des populations albanaises en Turquie.

 
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’Allemagne Nazie écrasa le Royaume de Yougoslavie. La Grande Albanie fut créée absorbant le Kosovo et administrée par une administration fasciste albano-italienne. L’occupation italienne fut perçue comme une libération pour les Albanais. L’administration nazie occupait Mitrovica au Nord. Bien que s’étant engagés auprès des collaborationnistes serbes à ne pas favoriser le nationalisme albanais, les allemands facilitèrent l’implantation d’écoles albanaises et d’un conseil des Anciens chargé de faire appliquer la loi. Un régime de terreur s’instaura envers les Serbes. Les colons furent expulsés ou tués. Un certain nombre d’Albanais s’installèrent au Kosovo où la résistance était faible. Le Parti communiste yougoslave, faiblement implanté au Kosovo appelait les résistants albanais, serbes et monténégrins à s’unir pour lutter contre la bourgeoise Grande Albanie.

 
Après la capitulation italienne en 1943, les Allemands tentèrent de rependre les zones italiennes alors que leurs partisans albanais formaient la seconde Ligue de Prizren qui visait à combattre les Serbes et les Monténégrins. Les expulsions de serbes s’intensifièrent. Pour contrer ce mouvement les Partis communistes de Yougoslavie et d’Albanie se réunirent à Bujan en Janvier 1944 pour déclarer que le Kosovo, zone majoritairement albanaise, souhaitait s’unir avec l’Albanie. Pour cela il fallait combattre les nazis et leurs collaborateurs. Le but de cette conférence était de rallier les Albanais au combat communiste. La résolution adoptée fut immédiatement démentie par Tito.
Les Allemands acculés créèrent une division SS rassemblant des combattants albanais. En septembre 1944, les troupes nazies défaites évacuèrent vers la Grèce. La libération du Kosovo fut permise par l’avancée soviéto-bulgare à l’Est et l’insurrection des partisans albanais à l’Ouest. Toutefois les militants actifs de la Ligue de Prizren, restaient bien implantés au Kosovo faisant régner le chaos. Les partisans albanais au Kosovo refusèrent de soutenir Belgrade dans son combat contre les nazis, les partisans se divisèrent et l’état d’urgence fut décrété au Kosovo où une répression féroce s’abattit sur les partisans albanais réfractaires. Le pouvoir communiste s’établit donc au Kosovo dans la pire des conditions.

 
En Juillet 1945 le Kosovo fut annexé à la Serbie mais Tito revint sur cette décision pour se concilier les populations albanaises. Il avait pour projet de devenir le chef de la Fédération Socialiste des Balkans et d’asseoir sa légitimité. Le Kosovo devint donc une province autonome et les colons serbes et monténégrins furent empêchés de revenir au Kosovo.
La seconde guerre mondiale reste une zone noire de l’histoire du Kosovo. Les Serbes mettent en avant leur statut de peuple martyr alors que les Albanais tendent à minorer l’importance réelle de la collaboration. C’est un sujet de conversation assez fréquent mais la plupart des élèves dans les écoles albanaises du Kosovo apprennent que, bien qu’initiée par les nazis, la réalisation de la Grande Albanie a fait vivre un sentiment national et de solidarité forte au sein du peuple albanais. Le régime communiste a tout fait pour qu’aucun débat n’ait lieu, empêchant dans le même temps tout processus de réconciliation. Des mémoires parallèles se sont créées pendant la période communiste, mémoires qui restent toutes deux enseignées dans les systèmes éducatifs parallèles existant au Kosovo.

 
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006