Le Kosovo : de quoi parle-t-on?

Au Kosovo comme ailleurs, l’histoire a été à la fois ré-écrite et instrumentalisée à des fins politiques pour légitimer la domination d’un territoire par un groupe. Cela est d’autant plus prégnant dans les Balkans. Que l’on parle à un Serbe ou à un Albanais, ce n’est pas de la même histoire dont il s’agit. Et il est parfois délicat de démêler la vérité historique des récits mythiques. Je voudrais donner ici quelques éléments de réflexion sur la place du Kosovo dans l’imaginaire serbe et albanais et dans l’histoire en général. C’est un premier pas qui me semble essentiel à effectuer pour comprendre les motifs et les dynamiques du conflit et des tensions actuels. Je me base en partie ici et sur l’ensemble des billets qui suivent sur les travaux de Jean-Arnault Dérens, historien, journaliste et fin connaisseur de la région*.
Ce qui frappe quand on arrive au Kosovo ce sont les multiples formulations utilisées pour ce lieu. Les Serbes font la différence entre l’ancienne province autonome du Kosovo et la plaine du Kosovo. Ils évoquent deux territoires distincts : le Kosovo et la Metohija, souvent contractés sous l’acronyme Kosmet très en vogue dans la Yougoslavie socialiste de l’époque. Le terme de veille Serbie est parfois également entendu.

 

A l’inverse les Albanais considèrent le Kosovo comme une entité cohérente appelée Kosovë (forme féminine) et dotée d’une identité affirmée. Depuis l’indépendance, les albanais revendiquent l’appellation de République du Kosovo (RKS).
La plupart des organisations internationales sont tenues à une attitude de neutralité statutaire (status neutral) : elles ne peuvent se positionner sur la question du statut du Kosovo dans la mesure où ni les Nations-Unies, ni l’Union Européenne dans son ensemble ne reconnaissent l’indépendance du Kosovo. On choisira de parler seulement du « Kosovo », les ambassades sont soient des ambassades soit des bureaux de liaisons, on parle de « crossing points » et non de frontières.
Le territoire actuel tel qu’il a été administré par les Nations Unies a été défini dans la Constitution Yougoslave de 1946 comme une région autonome, rattachée à la République fédérée de Serbie. En 1963, le Kosovo accède au statut prestigieux de « province autonome » (à l’instar de la Voïvodine par exemple).

Crédits : CIRCE, Paris Sorbonne

La plaine du Kosovo est un endroit stratégique car il s’agit d’un corridor, entouré de montagnes, reliant la Serbie à Skopje (Macédoine). Des collines séparent le Kosovo de la Metohija. Ces deux bassins (Kosovo et Metohija) sont très fertiles et entourés de hautes montagnes (atteignant les 2000 mètres) et les coupant des Etats voisins. Il s’agit donc d’un carrefour stratégique, très valorisé par les pouvoirs ayant tenté de s’établir dans les Balkans. L’opposition entre les plaines fertiles et les montagnes aux conditions de vie très difficiles est primordiale dans la structuration de la région. Elle a donné lieu à une véritable compétition entre les différentes communautés pour le contrôle des terres, dans ce petit territoire densément peuplé.

Selon les pouvoirs en place (Empire Ottoman, Forces de l’Axe, Yougoslavie), la région a connu de multiples redécoupages administratifs débouchant sur la création de communes, régions, etc… Malgré ces politiques et les variations des contours du Kosovo, être du Kosovo veut dire quelque chose. Certes entre un Serbe et un Albanais, la barrière est forte mais elle l’est également entre un Serbe de Belgrade et un Serbe de Mitrovica et entre un Albanais de Tirana et un Albanais de Pristina. Il est certain que Serbes et Albanais ont des souvenirs communs, une histoire de rencontres et de métissages mais le fossé n’a cessé de se creuser depuis les années 90 si bien qu’on ne peut comparer la situation du Kosovo à celle qui prévalait en Bosnie-Herzégovine. Habiter côte-à-côte ne signifie pas partager une expérience de vie commune.

*Pour aller plus loin Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006