Les Balkans suspendus à la crise en Crimée

Plus que dans toute autre région du monde, les récents événements en Crimée ont eu un retentissement considérable dans la péninsule balkanique. A l’heure où le Kosovo se dote d’une armée nationale et où un nouveau gouvernement conservateur et pro-européen se forme en Serbie, quelles nouvelles perspectives la crise ukrainienne ouvre-t-elle pour le Kosovo?

 

Les limites du parallèle entre la Crimée et le Kosovo

 

Vladimir Poutine a été le premier à faire le parallèle. L’annexion en Crimée serait rendue possible par l’existence d’un précédent kosovar. L’argument est simple : si la Cour de Justice Internationale a reconnu que la déclaration d’indépendance par l’Assemblée du Kosovo ne violait pas le droit international; alors la décision ne saurait être différente pour l’annexion de la Crimée. Nombre de commentateurs en Europe et en Amérique du Nord, mettent en doute la validité de ce parallèle, avec des arguments mêlant ignorance et mauvaise foi. Un bref rappel des faits s’impose.

L’intervention de l’OTAN au Kosovo en 1999 figure parmi l’une des plus controversées de l’après guerre-froide. D’abord parce qu’elle ne dispose pas d’un mandat du Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Ensuite, parce qu’elle a fait l’objet d’une vaste opération de propagande de la part de la presse américaine comme européenne renonçant à toute objectivité dans la couverture du conflit. Enfin, la plupart des commentateurs s’accordent pour dire que l’intervention aérienne de l’OTAN a eu pour effet direct d’intensifier le conflit sur le terrain. L’issue de l’intervention de l’OTAN est désormais connue : la résolution 1244 du Conseil des Sécurité met en place la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo chargée d’administrer le territoire. La résolution réaffirme d’ailleurs la souveraineté et l’intégrité territoriale de ce qui est alors qualifiée de République fédérale de Yougoslavie. Sur le papier donc, les Nations-Unies doivent concilier velléités indépendantistes de la majorité albanaise du Kosovo et respect de l’intégrité territoriale de la Serbie, auquel est formellement rattaché le Kosovo. Sous la pression de la majorité albanaise, la mission des Nations-Unies va progressivement ouvrir la voie à l’indépendance du Kosovo. C’est donc sans surprise que le 17 février 2008, l’Assemblée du Kosovo vote en faveur de l’indépendance du pays, les 11 représentants de la minorité serbe boycottant le scrutin. A l’heure actuelle, le Kosovo est placé dans une situation kafkaïenne : les minorités serbes des enclaves et du Nord du territoire ne reconnaissent pas les institutions de Pristina; le Kosovo est reconnu par 106 des 193 États de l’ONU alors que le petit territoire se caractérise par une présence massive des institutions internationales. La mission de l’ONU sur place doit composer avec le mépris du gouvernement de Pristina et l’UE a fait du règlement de la question kosovare son principale cheval de bataille, usant et abusant de la carotte de l’intégration.

Les situations en Crimée et au Kosovo ne sauraient donc être comparés tant les circonstances historiques et politiques des deux crises différent, ce que tant la rhétorique pro-russe que pro-ukrainienne cherchent à faire oublier. Il n’en demeure pas moins que les événements en Crimée ravivent les craintes dans les Balkans, d’autant plus qu’ils s’opèrent dans un contexte où les relations entre le Kosovo albanais, les minorités kosovares serbes et la Serbie connaissent un nouveau tournant.

 

L’armée: dernière pièce de la souveraineté kosovare?

 

Le 4 Mars 214, dans la plus parfaite indifférence médiatique, le gouvernement du Kosovo a annoncé la création d’une armée nationale constituée de 5000 soldats et de 3000 réservistes. Le dossier, depuis longtemps a toujours été traité avec la plus forte réticence. Depuis 2009, un embryon d’armée existe au Kosovo, composée de 2500 soldats dotés d’un mandat de protection civile. Le maintien de la sécurité dans le territoire repose sur un système à trois niveaux : la police kosovare assurant le premier niveau de réponse se voit relayée par la mission de l’Union Européenne sur place, EULEX, si elle n’arrive pas à juguler la situation. Si les événements dégénèrent, c’est la KFOR, force de l’OTAN et de ses alliés, disposant d’une force de 5000 hommes sur place, qui intervient. Quand on connaît le niveau déjà faible d’acceptation de la police kosovare par les minorités serbes, on comprend que la création d’une armée kosovare composée en grande majorité de criminels de guerre de l’ex-armée de libération du Kosovo (UÇK) soit source de craintes pour les serbes kosovars. Et ce, dans un contexte où les kosovars albanais refusent de voir leur « héros de guerre » déférés devant les instances judiciaires internationales.

Le gouvernement russe nerveux face à la nouvelle donne politique serbe

Autres événement crucial pour la région : les élections législatives anticipées en Serbie du 16 mars – auxquels ont pris part les serbes du Kosovo – ont consacré la victoire écrasante et sans surprise du parti progressiste d’Alexander Vučić. Ancien ultra-nationaliste, ex-ministre de la communication de Slobodan Milošević rallié à un discours « conservateur et pro-européen », Aleksandar Vučić a bâti sa popularité sur sa volonté affichée de lutter contre la corruption et sur un programme économique ultra-libéral. Aucun homme politique serbe n’a jamais joui d’une telle confiance depuis Slobodan Milošević au début des années 1990. Il y a fort à parier que sous son mandat, la scission se prononce un peu plus entre les serbes de Serbie et ceux du Kosovo, qui vivent de plus en plus avec le sentiment d’être sacrifiés à la table des négociations avec l’Union Européenne. Bruxelles apprécie d’aIlleurs la flexibilité de Vučić sur ce dossier, ce dernier misant sur les divisions européennes pour se montrer convaincu que la Serbie ne sera jamais contrainte à la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo.

Pour son premier voyage en tant que premier ministre, Vučić s’est rendu en catimini à Moscou le 20 mars, visite trahissant une certaine nervosité de l’oncle russe quant au discours pro-européen de Vučić. La Serbie est depuis longtemps considérée comme un bastion stratégique par Moscou. Elle s’est d’ailleurs abstenue de tout commentaire sur la crise en Crimée. En outre, les perspectives d’adhésion de la Serbie à l’UE paraissent sinon lointaines du moins irréalistes alors que le soutien financier de la Russie est lui bien réel. Dans ce contexte, il ne serait pas surprenant que Moscou réaffirme avec vigueur son attachement à un Kosovo serbe puisque le programme économique de Vučić, en bon élève du Fonds Monétaire International, devrait le conduire à de sérieuses coupes budgétaires. Or maintenir les parties serbes du Kosovo sous perfusion coûte cher à la Serbie qui doit faire face à de nombreux défis sur le plan économique. La crise ukrainienne risque donc de contraindre la Serbie à choisir sur quel pied danser et, surtout, qui donne la mesure.

La mainmise serbe sur le Kosovo

Dans sa course au pouvoir, Miloševič va utiliser une rhétorique contre les cadres du parti visant l’avènement du peuple*. Il s’arroge du même coup tous les pouvoirs dans les Républiques fédérées. En protestation des mineurs albanais de Trepča manifestent et mènent une grève de la faim. La grève est réprimée dans le sang. Le 23 Février le Parlement du Kosovo vote sous la pression des amendements réduisant à néant l’autonomie de la province. Certains dénoncent un vote truqué. Le 28 Juin 1989, la campagne populiste de Miloševič bat son plein pour la commémoration des 600 ans de Kosovo Polje. Cet acte représente la fin de la Fédération de Yougoslavie. Miloševič est accueilli par les Serbes en sauveur, les Albanais restent terrés chez eux.

 
S’en suit la mise en œuvre d’un véritable apartheid : Serbes et Albanais sont physiquement séparés. Des mesures interdisent l’achat de biens immobiliers par des Albanais, les licenciements sont nombreux. Toutefois si le terme d’apartheid est largement utilisé par les Albanais, il faut prendre garde à ne pas sombrer dans la surenchère. Si la ségrégation est effective, aucune loi raciale n’est promulguée.
De son côté la résistance albanaise s’organise. Il y a une vraie effervescence associative, des cercles se créent. Les députés albanais au Parlement du Kosovo, jusqu’alors passifs, se révoltent en 1990. Ils se rassemblèrent en secret et adoptèrent la Constitution de la République Fédérée du Kosovo. La Ligue Démocratique du Kosovo se créent, rassemblant de nombreux écrivains et intellectuels, et organisent des élections clandestines le 24 Mai 1992. Ibrahim Rugova est élu président de la « République de Kosovë ».

 

La LDK poursuit une stratégie non-violente, visant à internationaliser la question du Kosovo et à contester toute légitimité à la Serbie. Cette stratégie se développe en une dénonciation et en un harcèlement des traîtres et collaborateurs albanais. La LDK demande très tôt l’intégration européenne et la mise en place d’un protectorat des Nations-Unies. La stratégie non-violente est difficile à saisir dans le cadre d’une culture politique albanaise volontiers violente et guerrière. Elle semble issue d’un rapport de force perçu comme peu favorable. Les Albanais souhaitent être perçus comme démocrates, policés alors que les médias serbes les dépeignent comme violents et chauvinistes. Pour délégitimer la Serbie, la LDK met en place une véritable société parallèle qui fonctionne mais ne paralyse pas Belgrade. Le régime de Miloševič démontre même que sans les albanais le Kosovo fonctionne. L’internationalisation du conflit ne fonctionne pas. Les regards sont tournés vers la Bosnie. Les Albanais se trouvent bientôt dans une impasse. La stratégie de boycott des élections pose aussi problème. En effet, Miloševič ne peut gouverner seul, il est donc allié avec le parti radical serbe d’extrême droite. Si les albanais avaient participé aux élections, peut être auraient-ils précipité la fin du leader nationaliste.

 
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006

Miloševič et le Kosovo

 

Un événement est fondateur du sursaut nationaliste serbe au Kosovo*. Le 24 Avril 1987, des véhicules officiels s’engagent dans les rues de Kosovo Polje, faubourg serbe de Pristina. Un représentant du parti est arrivé de Belgrade pour une réunion : Slobodan Miloševič. Une foule compacte et vindicative est massée autour de son véhicule. Les Serbes n’en peuvent plus, ils dénoncent des exactions albanaises et l’indifférence de la République de Serbie. Un camion rempli de pierres prêtes à être lancées effraie les policiers qui demandent à Miloševič de sortir pour calmer la foule. Miloševič improvise mais prononça un phrase qui restera gravée dans les mémoires : « personne n’a le droit de battre le peuple ». Il invite les Serbes à désigner des représentants qui montent à la tribune devant des dirigeants communistes pour exprimer leurs doléances. Le malaise des Serbes est réel mais reflète celui de la Fédération. Le Kosovo est sous-développé, la région plus pauvre de la Fédération.

On ne le présente plus…

L’intuition de Miloševič est d’utiliser cette insatisfaction pour nourrir un nationalisme serbe longtemps tabou et précipiter par là même la Fédération yougoslave vers l’éclatement. Le Kosovo est en outre une bombe démographique et sociale. La population y est très jeune. Encore aujourd’hui 60% des kosovares ont moins de 35 ans. Le Kosovo a été et demeure incapable d’offrir un avenir à ces jeunes. Beaucoup vont à l’université dans des cursus pour lesquelles aucun emploi n’est disponible (littérature, philosophie, sociologie). Le Kosovo manque cruellement d’ingénieurs. Du coup, les cadres sont envoyés de Belgrade, ce qui renforce l’impression d’une administration coloniale.
Les manifestations de 1981 sont alimentées par ce prolétariat universitaire. Le mouvement débute avec des revendications étudiantes en mars (meilleure nourriture dans les restaurants universitaires, et améliorations des conditions de vie dans les dortoirs). Le mouvement gagne Prizren, puis se mue en révolte générale. L’onde de choc se propage hors du Kosovo parmi tous les Albanais de Yougoslavie. Une très violente répression matte la foule. Amnesty International parle de 300 morts, les Albanais de 1000 alors que la presse yougoslave déplore 11 victimes. Le traumatisme est grand : la presse yougoslave parle d’un complot fomenté de l’extérieur pour détruire la Fédération. Les yeux se tournent vers l’Albanie qui s’en prend à la « puissance occupante » yougoslave. Les cadres albanais dirigeant le Kosovo sont dans une situation délicate. Alors que les responsables politiques sont en majorité albanais, la population albanaise est hostile envers cet Etat répressif. Les communautés serbes et albanaises rompent tous liens.

 
Du côté des Serbes, la colère gronde et Miloševič va la récupérer et l’alimenter à son profit. Il va devenir maître dans l’utilisation d’une idéologie nationaliste serbe visant à remplacer une idéologie communiste yougoslave moribonde. La solution n’est pas nouvelle elle fut utilisée en Roumanie et en Bulgarie. Mais le cas Miloševič réside dans sa capacité à se maintenir au pouvoir sans solution de continuité de mi 1980 au début des années 2000, et ce au prix de guerres sanglantes. Dans sa quête Miloševič va se rallier de nombreux intellectuels serbes.
*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006