Les Balkans suspendus à la crise en Crimée

Plus que dans toute autre région du monde, les récents événements en Crimée ont eu un retentissement considérable dans la péninsule balkanique. A l’heure où le Kosovo se dote d’une armée nationale et où un nouveau gouvernement conservateur et pro-européen se forme en Serbie, quelles nouvelles perspectives la crise ukrainienne ouvre-t-elle pour le Kosovo?

 

Les limites du parallèle entre la Crimée et le Kosovo

 

Vladimir Poutine a été le premier à faire le parallèle. L’annexion en Crimée serait rendue possible par l’existence d’un précédent kosovar. L’argument est simple : si la Cour de Justice Internationale a reconnu que la déclaration d’indépendance par l’Assemblée du Kosovo ne violait pas le droit international; alors la décision ne saurait être différente pour l’annexion de la Crimée. Nombre de commentateurs en Europe et en Amérique du Nord, mettent en doute la validité de ce parallèle, avec des arguments mêlant ignorance et mauvaise foi. Un bref rappel des faits s’impose.

L’intervention de l’OTAN au Kosovo en 1999 figure parmi l’une des plus controversées de l’après guerre-froide. D’abord parce qu’elle ne dispose pas d’un mandat du Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Ensuite, parce qu’elle a fait l’objet d’une vaste opération de propagande de la part de la presse américaine comme européenne renonçant à toute objectivité dans la couverture du conflit. Enfin, la plupart des commentateurs s’accordent pour dire que l’intervention aérienne de l’OTAN a eu pour effet direct d’intensifier le conflit sur le terrain. L’issue de l’intervention de l’OTAN est désormais connue : la résolution 1244 du Conseil des Sécurité met en place la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo chargée d’administrer le territoire. La résolution réaffirme d’ailleurs la souveraineté et l’intégrité territoriale de ce qui est alors qualifiée de République fédérale de Yougoslavie. Sur le papier donc, les Nations-Unies doivent concilier velléités indépendantistes de la majorité albanaise du Kosovo et respect de l’intégrité territoriale de la Serbie, auquel est formellement rattaché le Kosovo. Sous la pression de la majorité albanaise, la mission des Nations-Unies va progressivement ouvrir la voie à l’indépendance du Kosovo. C’est donc sans surprise que le 17 février 2008, l’Assemblée du Kosovo vote en faveur de l’indépendance du pays, les 11 représentants de la minorité serbe boycottant le scrutin. A l’heure actuelle, le Kosovo est placé dans une situation kafkaïenne : les minorités serbes des enclaves et du Nord du territoire ne reconnaissent pas les institutions de Pristina; le Kosovo est reconnu par 106 des 193 États de l’ONU alors que le petit territoire se caractérise par une présence massive des institutions internationales. La mission de l’ONU sur place doit composer avec le mépris du gouvernement de Pristina et l’UE a fait du règlement de la question kosovare son principale cheval de bataille, usant et abusant de la carotte de l’intégration.

Les situations en Crimée et au Kosovo ne sauraient donc être comparés tant les circonstances historiques et politiques des deux crises différent, ce que tant la rhétorique pro-russe que pro-ukrainienne cherchent à faire oublier. Il n’en demeure pas moins que les événements en Crimée ravivent les craintes dans les Balkans, d’autant plus qu’ils s’opèrent dans un contexte où les relations entre le Kosovo albanais, les minorités kosovares serbes et la Serbie connaissent un nouveau tournant.

 

L’armée: dernière pièce de la souveraineté kosovare?

 

Le 4 Mars 214, dans la plus parfaite indifférence médiatique, le gouvernement du Kosovo a annoncé la création d’une armée nationale constituée de 5000 soldats et de 3000 réservistes. Le dossier, depuis longtemps a toujours été traité avec la plus forte réticence. Depuis 2009, un embryon d’armée existe au Kosovo, composée de 2500 soldats dotés d’un mandat de protection civile. Le maintien de la sécurité dans le territoire repose sur un système à trois niveaux : la police kosovare assurant le premier niveau de réponse se voit relayée par la mission de l’Union Européenne sur place, EULEX, si elle n’arrive pas à juguler la situation. Si les événements dégénèrent, c’est la KFOR, force de l’OTAN et de ses alliés, disposant d’une force de 5000 hommes sur place, qui intervient. Quand on connaît le niveau déjà faible d’acceptation de la police kosovare par les minorités serbes, on comprend que la création d’une armée kosovare composée en grande majorité de criminels de guerre de l’ex-armée de libération du Kosovo (UÇK) soit source de craintes pour les serbes kosovars. Et ce, dans un contexte où les kosovars albanais refusent de voir leur « héros de guerre » déférés devant les instances judiciaires internationales.

Le gouvernement russe nerveux face à la nouvelle donne politique serbe

Autres événement crucial pour la région : les élections législatives anticipées en Serbie du 16 mars – auxquels ont pris part les serbes du Kosovo – ont consacré la victoire écrasante et sans surprise du parti progressiste d’Alexander Vučić. Ancien ultra-nationaliste, ex-ministre de la communication de Slobodan Milošević rallié à un discours « conservateur et pro-européen », Aleksandar Vučić a bâti sa popularité sur sa volonté affichée de lutter contre la corruption et sur un programme économique ultra-libéral. Aucun homme politique serbe n’a jamais joui d’une telle confiance depuis Slobodan Milošević au début des années 1990. Il y a fort à parier que sous son mandat, la scission se prononce un peu plus entre les serbes de Serbie et ceux du Kosovo, qui vivent de plus en plus avec le sentiment d’être sacrifiés à la table des négociations avec l’Union Européenne. Bruxelles apprécie d’aIlleurs la flexibilité de Vučić sur ce dossier, ce dernier misant sur les divisions européennes pour se montrer convaincu que la Serbie ne sera jamais contrainte à la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo.

Pour son premier voyage en tant que premier ministre, Vučić s’est rendu en catimini à Moscou le 20 mars, visite trahissant une certaine nervosité de l’oncle russe quant au discours pro-européen de Vučić. La Serbie est depuis longtemps considérée comme un bastion stratégique par Moscou. Elle s’est d’ailleurs abstenue de tout commentaire sur la crise en Crimée. En outre, les perspectives d’adhésion de la Serbie à l’UE paraissent sinon lointaines du moins irréalistes alors que le soutien financier de la Russie est lui bien réel. Dans ce contexte, il ne serait pas surprenant que Moscou réaffirme avec vigueur son attachement à un Kosovo serbe puisque le programme économique de Vučić, en bon élève du Fonds Monétaire International, devrait le conduire à de sérieuses coupes budgétaires. Or maintenir les parties serbes du Kosovo sous perfusion coûte cher à la Serbie qui doit faire face à de nombreux défis sur le plan économique. La crise ukrainienne risque donc de contraindre la Serbie à choisir sur quel pied danser et, surtout, qui donne la mesure.

Valse organisationnelle au chevet de l’Ukraine

Depuis la réaction musclée de Moscou au changement de pouvoir en Ukraine, les scenarii d’intervention n’ont cessé de se multiplier. Qui de l’ONU, de l’UE ou de l’OTAN sera le premier à réagir? Et si l’Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe (OSCE), cette grande inconnue, s’imposait comme la grande gagnante de ce jeu de pronostic…

Quand l’OTAN fait dans la mesure…

Si l’OTAN a été une des premières à se faire entendre, elle l’a faite avec une mesure inhabituelle pour une organisation qui est maintes fois intervenue hors des dispositions prévues par le Traité de l’Atlantique Nord.

En effet, l’OTAN en tant qu’alliance militaire est compétente pour intervenir en cas d’agression d’un de ses membres. Ce sont les fameuses dispositions de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord qui disposent que « les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles […] sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties ». Cet article n’a été invoqué qu’une seule fois, au lendemain des attaques terroristes du 11 Septembre. Son activation donne lieu à une réponse collective des membres de l’alliance au bénéfice du membre attaqué. L’article 4 quant à lui, prévoit des modalités de consultation « chaque fois que, de l’avis de l’une d’elles, l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’une des parties sera menacée ».

Continuer la lecture de Valse organisationnelle au chevet de l’Ukraine

La présence internationale au Kosovo

Il y a peu d’endroits en Europe qui peuvent rivaliser avec le Kosovo en termes de présence internationale. Pristina fait office d’annuaire géant des organisations internationales. A chaque coin de rue, surgit un bâtiment officiel arborant les couleurs des Nations-Unies, de l’Union Européenne ou d’ONG diverses.
Cette présence s’explique par l’engagement unique de la communauté internationale au Kosovo après le conflit.

L’intervention internationale au Kosovo repose sur une résolution devenue fameuse ici, la résolution 1244 adoptée par le Conseil de Sécurité adoptée le 10 Juin 1999. Ici on ne parle plus que de la 1244 (« twelvefortyfour » en un mot, à l’anglo-saxonne). Je n’entrerai pas ici dans les détails de l’histoire de cette résolution mais j’évoquerai plutôt son contenu et surtout ces implications pour la présence internationale au Kosovo.
La résolution 1244 est une des raisons principales qui m’a fait choisir le Kosovo comme cas d’étude.

Par cette résolution et pour la première fois dans son histoire, le Conseil de Sécurité donne aux Nations-Unies la responsabilité d’administrer de façon intérimaire un territoire (ce sera également le cas plus tard au Timor Leste). La liste des tâches à accomplir est impressionnante, il s’agit, sous la supervision d’un Représentant Spécial du Secrétaire Général, de préparer littéralement le Kosovo à son indépendance, même si la résolution réaffirme l’intégrité territoriale de la République Fédérale de Yougoslavie (la Serbie aujourd’hui).

L’ONU doit dès lors mettre en œuvre toutes les missions d’administration civile aussi longtemps que nécessaire, accompagner et superviser le développement d’institutions locales, transférer ces compétences aux autorités locales quand elles seront prêtes tout en continuant à superviser leurs actions, faciliter la négociation d’accords sur le statut final du Kosovo, œuvrer à la reconstruction économique et des infrastructures, accompagner la distribution de l’aide humanitaire, garantir le respect des droits de l’Homme, favoriser le développement de l’Etat de Droit, et garantir le retour des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur du pays.

A cette présence civile, est assortie la présence d’une force de sécurité, assurée par la KFOR mais aussi d’autres pays contributeurs (tels que, par exemple, le Maroc) et chargée de garantir un niveau de sécurité et de stabilité nécessaire pour permettre à la communauté internationale de mettre en œuvre son mandat.

La coordination de la présence internationale est confiée à un Représentant Spécial du Secrétaire Général (RSSG, plus connu sous l’acronyme anglais SRSG) qui se doit de fournir des rapports réguliers sur l’avancement de la mission au Secrétaire Général. Dans son premier rapport, le SRSG propose des modalités d’organisation de la mission, qui sera appelée Mission Intérimaire d’administration des Nations Unies au Kosovo (MINUK). Même sans en porter formellement le nom, il s’agira de la première mission intégrée des Nations-Unies et celle-ci marquera durablement l’histoire du Kosovo et de l’organisation elle-même.

Le SRSG envisage une structure en piliers, le but étant de garantir un maximum de cohérence entre le travail des différentes organisations. Sur le papier, bien sûr, tout paraît parfaitement fonctionnel. La réalité est bien plus hasardeuse, j’y reviendrai. Quatre piliers sont mis en place avec à leur tête une organisation en charge d’assurer la coordination des missions relevant de son pilier. Le premier pilier concerne l’administration civile intérimaire menée et coordonnée par les Nations-Unies. Concrètement cela a conduit à ce que des personnels des Nations Unies soient maires de certaines municipalités aux côtés de personnalités des communautés serbes et albanaises. Ce pilier est souvent apparu comme le plus simple à gérer au moins début car « Les UN parlent au UN ». Un second pilier est coordonné par le UNHCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) et veille à la coordination des efforts humanitaires. De l’avis des personnes que j’ai rencontrées, il s’agissait sans doute de la mission la plus difficile, étant donné le nombre massif d’ONG présents et le caractère complètement désorganisé de leurs actions sur le territoire à la sortie de la guerre et dès lors la moins effective. Le Bureau des Nations Unies pour la Coordination de l’Aide Humanitaire (OCHA) créé en 1991, est resté peu de temps au Kosovo mais le mandat de coordinateur a été confié au UNHCR, ce qui, pour beaucoup d’acteurs ici, reste un mystère. Le pilier trois, construction des institutions est confié à l’Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE). Aujourd’hui et malgré une politique de réduction de la mission, l’OSCE est l’organisation disposant de la plus forte présence sur le terrain avec des bureaux décentralisés dans plusieurs municipalités. Selon de récents sondages c’est aussi l’organisation préférée des kosovars aux côtés de KFOR. Enfin le pilier quatre, développement économique et reconstruction est confié à l’Union Européenne. Chacun des dirigeants de ces piliers reçoit le titre d’adjoint du SRSG.

Dès le début KFOR est en dehors de la structure en pilier, en raison de sa mission spécifique mais sans doute aussi d’une volonté de ne pas mélanger activités civiles et activités militaires, un des enjeux fort de la coopération inter-organisationnelle.
Les organisations présidant les quatre piliers ainsi que KFOR se rencontrent chaque lundi pour coordonner leur action sous la présidence du SRSG. On parle d’Excom Meetings. Cette belle structure ne laisse que peu de place à un acteur majeur du futur du Kosovo, le peuple kosovar lui-même dans sa diversité.

Pourtant c’est ce même peuple qui va se rappeler à la MINUK en 2008, déclarant son indépendance le 17 Février et par là-même, faisant voler en éclat la structure de la mission.

Is it your first time in Kosovo?

Le premier contact avec un autochtone (qu’il s’agisse du chauffeur de taxi, d’une personne croisée dans la rue ou d’un serveur) se déroule presque toujours de la même façon. Cela commence par une longue phrase en albanais à laquelle vous tentez de répondre en mobilisant l’intégralité de votre guide de conversation Assimil’ pour montrer qu’on vous ne l’a fait pas à vous.  Le résultat est en général un magma informe constitué de « Bonjour. J’ai faim et j’ai soif s’il vous plaît. Je ne suis pas d’accord. Merci beaucoup. Au revoir ». Votre interlocuteur accuse le coup et se rend en général rapidement compte qu’il faudra plutôt compter sur l’anglais pour tenir une conversation sensée.

Tout débute par la même question fatidique : « Is it your first time in Kosovo ? ». On trouve aussi des déclinaisons : « Have you ever been to Kosovo before ? » « Have you ever lived in Prisitina ? ». Bien évidemment c’est non. Votre interlocuteur va donc consacrer les trente minutes qui vont suivre à vous raconter l’histoire du Kosovo. L’important c’est de vous tenir au courant de tout, avant qu’un Serbe ou qu’un Albanais vous lave le cerveau ».

Si c’est un kosovar albanais vous aurez le droit à « Let me tell you that we have a long history of suffering », qui marquera le début  d’un exposé sur les origines illyriennes du peuple albanais, les souffrances endurées à cause des Serbes mais aussi la grande gloire de ce peuple a qui on a toujours refusé l’unification sous le projet de « Grande Albanie ».

Si vous rencontrez un Serbe (et là c’est plus rare, il faut soit être dans les zones majoritairement serbes, soit avoir rencontré l’un des rares Serbes vivant encore à Pristina), il y a de fortes chances qu’il commence par vous demander d’où vous venez. Globalement, si vous venez d’un Etat qui a participé à l’opération de l’OTAN et reconnu l’indépendance du Kosovo, la discussion commencera par des reproches. Si de nombreux serbes aurait accepté que l’OTAN les aide à se débarrasser de Milošević, les crimes de guerre et l’impact des bombardements de l’OTAN sur les civils serbes ne passent pas.  Puis votre interlocuteur lui aussi se lancera dans un exposé sur le droit légitime et sacré des Serbes sur le territoire kosovar.

On comprend vite qu’ici on est soit pro-serbe, soit pro-albanais. Il n’y a pas de neutralité possible, pas de juste milieu. Il faut donc s’adapter à son interlocuteur. Pour ma part j’ai opté pour une attitude un peu naïve consistant à poser des questions mais à ne jamais soutenir l’un ou l’autre des revendications politiques exprimées. La communauté internationale a trop pêché par sa partialité au Kosovo…

La guerre de 1998

Le 1er Mars 1998, les dépêches de presse parlent de violents combats au Kosovo. C’est la panique : assiste-t-on à une nouvelle guerre yougoslave *? Les deux villages victimes assez peuplés font partie du plateau de la Drenica, bastion du nationalisme albanais. Les combats et les massacres de Qirez et de Llikoshanë coïncident avec la tragédie de Prekaz. La police y traque depuis des mois Adem Jashari qui a pris les armes depuis longtemps contre le pouvoir serbe. En Janvier 1998 la police lance l’offensive contre le clan Jashari qui repousse l’offensive en l’absence d’Adem. Le 5 Mars une seconde offensive est lancée avec de lourds bombardements. Les combats durent trois jours et toute la famille Jashari périt dont 18 femmes et 10 enfants de moins de 16 ans. Le Kosovo sombre dans la violence et l’UCK prend Jashari comme martyr.

 
Les journalistes affluent au Kosovo et les chancelleries se saisissent de la question kosovare. L’UCK accroit son contrôle sur les villages albanais qui se déclarent libérés. Les combattants sortent de l’ombre. Civils serbes et collabo albanais sont poursuivis et tués. La police serbe conserve le contrôle des routes. L’UCK et la LDK se déchirent.

 
Dès les premiers combats les intellectuels français dénoncent le nettoyage ethnique en cours au Kosovo où une autre guerre est depuis longtemps « attendue ». Il est vrai beaucoup d’Albanais ont quitté les lieux des combats pour se réfugier dans d’autres villes du Kosovo ou en Albanie et au Monténégro. Le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies parle de 20 000 personnes. Toutefois un débat demeure sur la qualification de ces faits. L’armée serbe a-t-elle mené la même politique qu’en Bosnie ? Quelle est la véritable stratégie des forces serbes ? Les faits tentent toutefois à cantonner la stratégie serbe dans une stratégie « classique » de contre-insurrection. Les villages où l’UCK a pris position sont vidés pour priver l’UCK de soutien, les autres semblent épargnés.

 
Toutefois l’offensive pour reconquérir la Drenica provoque l’escalade du conflit. Les forces de l’UCK sont défaites et de nombreux crimes de guerres sont commis par l’armée serbe contre les civils. Les journalistes ne manquent pas de couvrir ses atrocités avec ferveur, oubliant parfois d’analyser le conflit dans sa complexité. La plupart ne parle ni serbe, ni albanais ; ils dépendent donc des informations données par les contacts sur place, qui, serbes ou albanais, n’hésitent pas à faire de la propagande.

 
En novembre on recense 180 000 déplacés dans le Kosovo vivant dans des conditions précaires. Alors que l’opinion publique est de plus en plus sensible au sort des populations kosovares, le Conseil de Sécurité se saisit de la question. Il adopte la résolution 1199, qui, à cause du véto russe, ne mentionne pas l’usage de la force mais fait référence au chapitre 7 de la Charte des Nations Unies, et prévoit l’usage de la force pour prévenir un désastre humanitaire. Richard Holbrooke, émissaire américain artisan de Dayton se rend à Belgrade pour entamer des pourparlers. Dans le même temps l’OTAN fait savoir qu’un plan d’intervention est prêt.

 
Le 13 Octobre un accord est conclu prévoyant un cessez-le-feu ; la réduction des forces serbes de 12 500 soldats à 6500 policiers spéciaux, un droit inconditionnel au retour pour les réfugiés et les déplacés et surtout le déploiement de 2000 vérificateurs du cessez-le-feu par l’OSCE (La Kosovo Verification Mission).

 
L’accord est d’abord respecté : les forces serbes se retirent mais l’UCK en profite pour reprendre ses positions. En décembre des affrontements éclatent. Il semble que les Etats-Unis via la présence de vérificateurs dans la VKM préparent l’intervention de l’OTAN et précipitent l’engrenage. Des dissensions apparaissent : le numéro 2 de la KVM, diplomate français souhaite maintenir le cap du dialogue. En outre, les Etats-Unis arment et financent massivement l’UCK.

 
L’hiver 1998-1999 voit l’utilisation massive du terrorisme urbain envers des cibles civiles serbes et albanaises. On ignore à qui attribuer ces attentats. L’affaire de Račak précipite l’intervention de la communauté internationale. L’UCK y tue trois policiers le 16 Janvier 1999 dans une embuscade puis 2 quelques jours plus tard. Des émeutes opposent Albanais et police serbe. La police serbe réagit de façon démesurée : elle tue tous les défenseurs de Račak (51 personnes) dont les corps ont été déplacés par l’UCK pour renforcer le caractère macabre de la tuerie.

 
Le groupe de contact (USA, Russie, Royaume-Uni, France, Italie) se réunit et fixe le cadre des négociations qui débutent le 6 Février à Rambouillet. Elles sont menées par les ministres britanniques et français des affaires étrangères, Robert Cook et Hubert Védrine. Deux documents sont posés sur la table : une liste de principes non-négociables fixée par le groupe de contact et un « Accord intérimaire pour la paix et l’autonomie du Kosovo » sujet à négociation. La pression est forte : si l’échec des discussions est du aux Albanais, ceux-ci perdront tout soutien international, si elle est le fait des Serbes, l’OTAN engagera une action contre la Serbie.

 

Il semble que la stratégie ait été claire dès le début. Si les avancées sont indiscutables, l’issue des négociations est jouée d’avance. L’annexe B des accords prévoit le déploiement d’une force de l’OTAN au Kosovo avec une liberté totale de mouvement sur tout le territoire serbe. C’est inacceptable par Belgrade, le but du jeu étant de renvoyer l’échec des discussions sur les serbes. Les négociateurs serbes refusent. Le compte à rebours vers la première guerre humanitaire de l’OTAN est déclenché.

 

*Cette partie est tirée des travaux de Jean-Arnault Dérens, Le Piège du Kosovo, Paris, Non Lieu, 2006

Premiers pas à Pristina (suite)

La journée d’hier a été l’occasion d’une première découverte de Pristina. Comme souvent dans cette région du monde, rien ne paraît simple et tout est affaire de contraste. En faisant mes premiers pas dans la ville, je me suis dit qu’il fallait bien plusieurs années pour prétendre avoir une compréhension minimale de ce qui se passe dans la région (et encore…). Ma route m’a permis de traverser les différents quartiers de Pristina, tous teintés d’une atmosphère particulière.
Ce qui saisit le « promeneur » c’est d’abord le côté sympathiquement anarchique de la ville. Pour traverser la route, il faut se tenir bien droit sur ses pieds et croire très fort que les voitures vont s’arrêter (ce qui est le cas, mais il faut mieux ne pas tenter en cas de doute). Les trottoirs servent plus de places de parking que de voies pour les piétons. Pourtant tout le monde se déplace à pied à Pristina tant tout est à portée de pied, mais il est bien plus sécurisé de marcher directement au milieu du trafic que sur les trottoirs, hormis sur les boulevards bien sûr. On ne peut pas vraiment se perdre car on retombe toujours aux mêmes endroits (l’Avenue Mère Térésa, NewBorn, Le Boulevard Clinton…).
L’autre impression c’est l’omniprésence de la religion. Le Kosovo est majoritairement musulman dans ses parties albanaises, alors que les Serbes (surtout concentrés dans les enclaves Nord du Kosovo) sont orthodoxes, ce qui peut expliquer que la religion ait été invoquée à tort comme une cause du conflit.

mosquee prsitina
Une mosquée dans le quartier de Dragodan


Prisitina laisse aussi l’image d’une ville jeune, bouillonnante qui étouffe dans son petit espace. Les constructions éclosent un peu partout, il y a beaucoup de musique dans les rues. C’est une ville qui regarde définitivement vers l’avenir qu’elle rêve européen ou américain.

Newborn

La célèbre sculpture Newborn

Pourtant on sent bien que le quotidien n’est pas facile. 43 % des kosovars sont au chômage, la majorité de la population vit avec moins de 3 € par jour et les jeunes albanais très éduqués pensent souvent à l’exil. Dans la rue, il y souvent des groupes d’hommes jeunes qui discutent autour d’une cigarette et d’un café et sont ravis d’aider les passants à retrouver leur chemin (enfin surtout lorsqu’il s’agit de passantes). L’atmosphère générale est très hospitalière et chaleureuse. D’ailleurs les kosovars sont souvent ravis de pouvoir discuter avec des étrangers qui ne les snobent pas. Hier un jeune kosovar m’a même demandé son chemin et quand j’ai dit que je n’étais pas d’ici, il a engagé la discussion sur la France et m’a dit « c’est cool tu ressembles pas à une internationale, on dirait que tu vis ici ». Car c’est aussi un autre aspect de Pristina : la présence écrasante et très visible des internationaux qui traversent la ville en 4*4 et vivent dans des buildings ultra-sécurisés. Il y a même des endroits clairement labellisés pour expat et qu’il faut fuir si on veut espérer nouer des contacts avec les kosovars. Car une fois qu’on est labellisé « international », la confiance est très dure à (re) gagner.

Depuis quelques années il y a une certaine animosité envers l’ONU et l’UE : si le pays est globalement stabilisé (il reste toutefois la question majeure des enclaves serbes au Nord du Kosovo) et a gagné son indépendance, l’économie ne décolle pas. Il semble aussi que les kosovars albanais blâment les internationaux pour être trop conciliants envers Belgrade alors que les Serbes du Kosovo regrettent la partialité de la communauté internationale. En témoigne le fait que de nombreux criminels de guerre de l’UCK aient été amnistiés par le Tribunal Pénal pour l’Ex-Yougoslavie alors que l’UE reproche souvent à la Serbie de ne pas en faire assez pour livrer ses criminels à la justice. Et si l’UE envisage une adhésion prochaine du Kosovo, l’avenir de la Serbie ne semble guère européen pour le moment.

UE

Le bâtiment de la mission EULEX

slogans

Les slogans anti-serbes et anti-internationaux


Côté architecture, autant être honnête, on ne retient pas Pristina pour ses joyaux. Même si le musée et quelques bâtiments sont classés au patrimoine mondial de l’humanité, le reste oscille entre constructions à la soviétique et expérimentations architecturales, comme en témoigne la bibliothèque universitaire de Pristina (qui semble encore plus lugubre quand elle est couverte de corbeaux).

bibliotheque

La bibliothèque de Pristina : il faut la voir pour y croire.

communist style architecture
« Communist-style » architecture

Je terminerai enfin en revenant sur cette histoire de drapeaux abordée dans mon premier billet. Sur tous les bâtiments officiels il y a 5 drapeaux : celui de l’OTAN, de l’UE, de la République du Kosovo, des Etats Unis et de l’Albanie. Il est par contre beaucoup plus rare de trouver le drapeau serbe. Du côté des rues et des quartiers c’est pareil, le nom serbe est accolé au nom albanais sauf quand l’appellation serbe ou albanaise est largement acceptée. Par exemple et de façon assez surprenante c’est l’appellation serbe de Pristina qui est largement admise. Dans certains cas, l’OTAN ou l’ONU ont opté pour des appellations neutres en donnant des noms d’animaux aux endroits. Par exemple on tourne « à la rue du Chat ». Les noms des rues sont tous nouveaux, et c’est parfois plus simple de demander où est un bâtiment plutôt que de donner son adresse.

drapeaux

 

La ronde des drapeaux (jeu qui se prete aussi aux devinettes)