Peć/Peja, ville martyr

 

La ville de Peć/Peja dans la Nord Ouest du Kosovo est la seconde plus grande ville du Kosovo en termes de population (après Pristina). C’est aussi une ville martyr où partout transpire un passé qui a du mal à passer.

Ce fut une dernière ville évacuée par l’armée serbe en 199. Avant leur départ, les soldats et policier serbes ont incendié la vieille mosquée du centre ville et la Bazar. Pourtant peu d’Albanais résidaient encore dans cette ville d’où ils avaient été chassés. La grande majorité d’entre eux ont rejoint le Monténégro voisin en franchissant plus de 30kms de routes de haute montagne (certains sommets de la frontière Kosovo-monténégrine sont supérieurs à 2500 mètres).
La politique d’expulsion massive des Albanais de Peć/Peja s’explique par sa proximité avec les zones contrôlées par l’UCK et sans doute également hautement symbolique par la présence du Patriarcat de l’Eglise orthodoxe Serbe voisin de la cité*. La ville est hautement stratégique, il s’agit du point d’entrée dans la vallée très fertile de Rugova formant la plaine de Metohija (rebaptisée Dukagjin par les Albanais). Dès lors pendant la guerre de 1998, les serbes ont occupé la ville et coupé tous les points d’accès entre cette dernière et Pristina.

Les montagnes de la vallée de Rugova

D’après le dernier recensement de 1991, la ville comptait environ 14 775 Serbes et Monténégrins pour une population de 12700 habitants. Après les guerres balkaniques de 1912-1913 la ville fut brièvement rattachée au Monténégro.
En 1981, la population serbo-monténégrine de Peć/Peja connait un premier traumatisme. Le matin du 16 Mars, le feu prend dans la patriarchie, véritable Vatican pour les orthodoxes. 30 religieuses, 3 moines et quelques hôtes périrent dans les flammes. Le feu a pris dans trois endroits différents des mansardes. Les autorités communistes albanaises ont alors parlé d’un banal accident alors que la communauté serbe fut convaincue d’avoir subi une attaque terroriste. On est encore une fois en présence d’un double récit mais le traumatisme est à la hauteur de l’attachement des serbes au patriarcat. En 1998, de véritables milices se relayaient pour protéger le bâtiment.

 


La patriarchie de Peć/Peja protégé par son haut mur (les photos sont interdites à l’intérieur)


Le retrait des forces serbes a laissé la population serbo-monténégrine dans le désarroi le plus total. Nombreux sont ceux qui se sont exilés au Monténégro. De nombreux serbes restèrent la ville qui sombra dans le chaos absolu. Certes les civils albanais n’étaient pas encore revenus, mais le commandement italien de la KFOR non plus. Restaient donc seuls les militants de l’UCK qui pratiquèrent sous les yeux des sœurs présentes non loin de la ville pillages et exécutions sommaires.
Dans son ouvrage Jean-Arnault Dérens raconte les tentatives de résistance des serbes, souvent âgés alors que Belgrade donnait des ordres d’évacuation. Ils firent le choix de se regrouper un monastère mettant en péril la patriarchie et leur propre vie. Dérens s’est retrouvé à négocier pour qu’un blindé italien se positionne devant le patriarcat, mais les soldats n’avaient pas d’interprète serbe et ne parvenaient pas à comprendre l’importance de ce monument pour les communautés orthodoxes. Aujourd’hui le monument accessible au public est en permanence gardé par les troupes de la KFOR.

 
Le check-point de la KFOR à l’entrée du monastère


Beaucoup de Serbes et d’Albanais regrettent le bon vieux temps des relations entre voisins, essentielles dans les Balkans. On emploi à ce propos le terme de komsiluk turc. Mais il difficle dede savoir si ce temps-là a existé. Les histoires sont parallèles : « Les Serbes nous haïssent et veulent nous exterminer », « Les Albanais sont méprisants et cherchent à nous chasser ». Mais comment démêler qui chasse qui ? Les relations albano-serbes ne sont qu’un enchaînement d’actes maveillants appelant revanche. Et aujourd’hui la méfiance et l’hostilité prévalent, sans doute pour longtemps.

Quand on vient à Peć/Peja aujourd’hui, il est frappant de constater l’absence des Serbes. Les rues ont toutes été rebaptisées, les bâtiments repris et reconstruits comme une revanche sur le passé.

L’Hotel Dukagjin avec sa vue panoramique sur les montagnes autrefois construit par les Serbes, aujourd’hui lieu tendance de rencontres entre Albanais.

On se croit en Turquie dans cette ville accueillante et bouillonante et il est facile d’imanginer la vie du Bazar d’autrefois même si les bâtiments noircis témoignent des ravages de l’armée serbe et désormais la marchandise turque et chinoise remplace l’artisanat albanais. Cette ville compte sans doute, à côte du monastère, les plus belles mosquées du Kosovo. C’est aussi ici qu’a été ouverte la première école albanaise.

La mosquée Bajrakli au centre du bazar reconstruite après l’incendie de 1999 avec l’appui de l’ONG SOS.

 

La première école en langue albanaise

Les forces italiennes de la KFOR ont contribué à italianiser la cuisine. Les maisons ancestrales de l‘Empire Ottoman sont préservées et témoigne de l’influence de l’occupation turque dans cette région.

Et toujours ce paradoxe : une population accueillante, riche d’une histoire faite de mélanges, de rencontres et d’influence diverses, résolument ouverte sur l’extérieur mais qui se refuse à toutes relations avec ses voisins serbes…

*Pour retrouver des informations sur l’histoire de Peć/Peja et le témoignage de Jean-Arnault Dérens, se reporter au Piège du Kosovo, Non Lieu, 2006.