États d’urgence

Ce carnet s’inscrit dans le travail de thèse de l’auteur. Il présentera des analyses et l’état des controverses au sujet des dilemmes et des enjeux de la gestion de crise internationale.

Un paradoxe se trouve à l’origine de la recherche. Depuis quelques années nous assistons à une hausse considérable des acteurs actifs dans la gestion de crise internationale, à l’accroissement de l’ambition de ces opérations (conçues aujourd’hui comme multidimensionnelles) et au développement de politique de plus en plus précises visant à favoriser la coordination des acteurs de l’urgence. Pourtant force est de constater l’échec cuisant des interventions récentes, l’Afghanistan étant à ce sujet un cas d’école.
Comment peut-on expliquer un tel paradoxe ? En quoi les relations inter-organisationnelles peuvent-elles favoriser la réussite de telles opérations ?

Trois axes d’analyse seront développés pour apporter des éléments de réponses à cette question :
– la clarification des mandats dans la gestion des crises
– le développement de mécanismes de coordination limités aux organisations possédant la même culture organisationnelle
– la place de la société civile locale


Une réflexion sur « États d’urgence »

  1. Ceci est un exemple d’un commentaire dans WordPress. Vous pouvez le modifier pour mettre ici des informations vous concernant ou concernant votre site afin que vos lecteurs en sachent un peu plus sur vous. Vous pouvez créer autant de commentaires que vous voulez, et gérer l’intégralité de votre contenu dans WordPress.

Les commentaires sont fermés.