Premiers pas à Pristina

Me voilà arrivée à Pristina, après un voyage d’une journée qui m’a emmené de Lyon à Munich puis de Munich à Pristina. J’ai survolé de nuit l’ensemble des Balkans : les Alpes enneigées, puis les lumières de Ljubjlana, de Sarajevo avant d’entrer à Pristina par le Nord (l’espace aérien de la Macédoine). En survolant Skopje, j’ai cru être arrivée à Pristina, la ville semblait tant étendue que je me suis dit que ce ne pouvait être que la capitale. Première erreur, nous avons atterri dans une plaine sombre avec quelques lumières à l’horizon. Pristina est une capitale certes, mais une petite capitale.

Dès les premiers pas sur le tarmac, on se sait arrivé dans une ville pas tout à fait comme les autres. En témoignent la centaine de drapeaux des Etats Membres des Nations-Unies, celui de l’organisation mais aussi le drapeau de la toute jeune république Kosovare, le drapeau albanais et le drapeau serbe. Car comme à Belfast et dans toute autre ville ayant connu des guerres civiles (je préfère le terme guerre civile à celui de guerre ethnique, l’ethnicité étant un concept flou et manipulable à souhait), les drapeaux et les symboles ont leur importance. Mais j’y reviendrai plus tard.
C’est non sans une certaine appréhension que j’ai fait la queue à la douane et au contrôle de police. En théorie, il n’y a besoin d’aucun visa et d’aucune autorisation pour entrer au Kosovo, mais la pratique semble variable et dépend largement de l’état d’esprit et d’humeur de la police kosovare le jour de votre arrivée. J’avais préparé une lettre du laboratoire mais une lettre d’invitation par une organisation résidente est toujours préférée. Je me répète dans ma tête quelques mots pour justifier ma présence et j’essaie de construire une argumentation en cas de refus. J’opte pour la file ou le policier a l’air le plus conciliant. Il bloque une famille pendant un quart d’heure avant moi… J’attends… Je tends mon passeport, j’en oublie la lettre, il me regarde une dizaine de secondes, feuillète mon passeport… Re-feuillète le passeport… Me re-regarde… Tamponne mon passeport et conclut d’un « Welcome in the Republic of Kosova » ! Ouf ! Je jette un œil sur la page de mon passeport et découvre le visa de la République du Kosovo. Seul hic, j’ai oublié de demander le visa serbe, du coup je devrai passer par la Macédoine pour aller en Serbie, la Serbie n’ayant bien évidemment pas reconnu l’existence d’un Kosovo indépendant.

 Visa Kosovo

Le précieux sésame

Je sors de l’aéroport où une foule compacte attend ses proches. C’est l’occasion de déconstruire un premier préjugé : même si elles ne se mélangent pas avec les hommes, les femmes de Pristina sont très présentes dans l’espace public. Elles prennent soin de leur apparence et arborent des vêtements de magnifiques couleurs. Passée ce premier groupe de femmes, je me retrouve face à un groupe de chauffeurs de taxi qui rivalisent pour me conduire à Pristina. Un chauffeur me choisit plus que je ne le choisis, hisse mon sac dans sa voiture avant qu’un autre approche pour fixer le prix de la course. En fait, il s’agit de la personne qui réglemente le travail de tous ses collègues.
La route qui me conduit à mon auberge (située sur une colline de Pristina, où se situe le mémorial de l’UCK et la résidence du Président Rugova, artisan de l’indépendance et premier président du Kosovo) me fait entrevoir les premières images de Pristina. Un trafic chaotique et anarchique, quelques boutiques côtoient les mastodontes des multinationales (Samsung, Bosch…), des Audi poussiéreuses des années 90 qui côtoient les 4*4 blancs estampillés UN ou OSCE. Il est 18h30 et les rues sont très animées, beaucoup de jeunes y discutent et s’y rencontrent.

J’arrive à l’hôtel et j’attends devant une porte fermée avant que quelqu’un ne surgisse d’en dessous en essayant de m’expliquer en albanais que je ne suis pas à la bonne entrée (ça je l’ai compris plus tard). Je constate que mon albanais est très loin d’être opérationnel. Il repart, revient quelques secondes plus tard portant mon sac jusqu’à la réception qui se trouve effectivement à un étage inférieur. J’y fais la connaissance du Professeur le gérant de l’auberge, un vieux monsieur très avenant et très drôle (souvent à ses dépends). Il semble ravi de découvrir mon passeport français. Nous sommes interrompus par le porteur de mes valises qui demandent 50 euros pour avoir porté ma valise sur quelques mètres. Le Professeur lui donne sans discuter. Déboule alors sa femme et je dois dire que les disputes en albanais ça fait de l’effet. Elle s’en prend à son mari qui visiblement s’est fait rouler et elle entreprend de lui redresser ses manches qui sortent de son costume. Elle me regarde en riant en m’expliquant en albanais qu’il radote souvent. Elle me demande ce que je viens faire ici et quand j’explique que je fais une thèse, elle me demande si c’est en économie. Je dis, non en science politique. Elle répond avec une grimace : « politic is not good »… Dans un pays qui se remet à peine de la guerre et où tout est politique, il fallait s’attendre à cette remarque…

 


2 réflexions au sujet de « Premiers pas à Pristina »

  1. So welcome in the Republic of Kosova !
    Merci pour le récit et la découverte, j’en attends d’autres ! Dommage pour l’épisode du visa qui je l’espere ne sera pas une trop lourde entrave à tes déplacements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.