La guerre n’est jamais loin

Au Kosovo il y a toujours un événement pour rappeler que la guerre n’est jamais loin et que les tensions opposant communautés albanaises et serbes sont loin d’être dissipées. Je reviendrai dans un prochain billet sur l’histoire du conflit au Kosovo pour déconstruire la lecture qui en a été donnée par les médias occidentaux assimilant la guerre du Kosovo à la guerre en Bosnie (alors que les deux conflits sont très différents) et surtout diabolisant le peuple serbe pour embrasser la cause du nationalisme albanais.

La situation au Kosovo est complexe et, au-delà des différences entre serbes et albanais, il y a un véritable sentiment d’appartenance au Kosovo. Etre du Kosovo veut souvent dire quelque chose. Les serbes de Belgrade ont ainsi tendance à mépriser les serbes du Kosovo perçus comme arriérés. Alors que les albanais considèrent les kosovars albanophones comme prétentieux et arrivistes. Toutefois chaque communauté, qu’il s’agisse des serbes ou des albanais du Kosovo, a une identité forte marquée par son expérience du conflit. Clairement, les serbes sont dans la survie dans la mesure où leurs droits sont niés par l’Etat kosovar. Les kosovar albanais sont très nationalistes et se reconnaissent comme le seul peuple disposant d’une légitimité pour habiter et diriger cette région. Dès lors, ils ne manquent pas d’exprimer leur solidarité envers les minorités albanaises au Nord et à l’Est du Kosovo et s’attaquent à tous les symboles d’une présence serbe.

Deux exemples récents peuvent illustrer cette situation.
Il est très fréquent que des groupes nationalistes kosovars profanent des tombes serbes. Les cimetières font même l’objet d’une protection continue par la police et les troupes de la KFOR. Ces actes font souvent l’objet de réplique par l’Etat serbe qui bloque par exemple les routes au Nord du Kosovo. Les symboles de la présence serbe au Kosovo sont souvent attaqués avec un acharnement particulier envers les symboles religieux.

eglise

Une église serbe fantomatique au cœur de Pristina

Mais il ne faut pas en conclure que le Kosovo serait le lieu où se joue une nouvelle guerre de religion. Le conflit est profondément politique et repose sur l’affrontement de deux nationalismes qui revendiquent un droit historique sur le territoire Kosovar. On a même pu parler d’une Jérusalem des Balkans.
Hier en rentrant du centre ville, je suis tombée sur un rassemblement dans l’avenue piétonne Mère Térésa (les albanais lui vouent une vénération sans bornes). Une centaine de personnes principalement des hommes plutôt jeunes, arborant des drapeaux albanais et des brassières rouges occupaient une place en hurlant des slogans nationalistes. Un discret contingent de la KFOR (surtout des suédois) était présent sur les lieux, visiblement tendu. La police kosovare était là mais ne semblait pas trop savoir pourquoi. Je me suis approché d’un étudiant albanais pour lui demander de quoi il s’agissait. Sa réponse n’a pas tardé : « c’est une protestation contre la situation de nos frères albanais à l’Est du Kosovo ». Je demande naïvement des précisions. Il répond que ses frères albanais vivent sous le joug des serbes mais qu’un jour la république du Kosovo vaincra. Inch’allah. Vous comprendrez que vu le contexte, je me suis abstenue de prendre des photos.
Même à Pristina, ville majoritairement albanaise, le nationalisme est très présent et la guerre a laissé des traces.

Il est frappant de constater à quel point les kosovars albanais ne sont près à aucun compromis sur le statut du Kosovo. Il faut dire que, contrairement à ce qui fut le cas en Bosnie, les deux communautés n’ont pas d’histoire commune et n’ont jamais réellement cohabité ensemble. La présence si visible d’un nationalisme à la rhétorique guerrière fait froid dans le dos et n’est pas sans rappeler des heures sombres de l’histoire européenne…